Infolettre
Émissions A-Z
Info
A-Z
Retour à la liste des émissions

De Rouen à Hiroshima : La guerre en plein ciel

De Rouen à Hiroshima : La guerre en plein ciel

Réalisateur :

Nicolas Jallot

Synopsis

6 août 1945. Le bombardier américain -la superforteresse volante ENOLA GAY- piloté par Paul Tibbets, largue la première bombe atomique de l’histoire de l’humanité sur Hiroshima, au Japon. L’évènement fait date et sonne définitivement la fin de la Seconde Guerre mondiale, le début de la guerre froide, une nouvelle ère… Si les documentaires sur Hiroshima, sur la commémoration de cette tristement célèbre date ou sur la première bombe atomique sont nombreux, aucun ne parle de la genèse des bombardements américains en haute altitude. Et pourtant… Tout commence dans le ciel français, au dessus de Rouen, trois ans plus tôt, le 17 août 1942. Ce jour-là, le même pilote Paul Tibbets est le leader de l’escadrille de douze bombardiers américains qui frappent l’Europe pour la toute première fois, en plein jour, et à haute altitude. Un tournant pour la Seconde Guerre mondiale, au même titre que la victoire des Soviétiques à Stalingrad six mois plus tard.

Prochaine diffusion Jeudi 18 Juillet à 03:30 | Durée: 00:01:00

Rediffusions

Dimanche 21 Juillet à 00:30 | Lundi 22 Juillet à 14:00 | Dimanche 28 Juillet à 21:30 | Mercredi 31 Juillet à 09:00 | Samedi 3 Août à 05:00

Voir aussi

Points de repères
24 Juillet
Mercredi
23:30

Points de repères

Un petit tour sur la lune

Le 12 avril 1961, en pleine guerre froide, Iouri Gagarine devient le premier homme à effectuer un vol dans l’espace. L’URSS apparaît ainsi comme la nation la plus avancée de la planète dans la conquête spatiale. Mais à Houston, le 12 septembre 1962, le président des États-Unis John Fitzgerald Kennedy annonce dans un célèbre discours sa volonté d’envoyer des hommes sur la Lune. Le 21 juillet 1969, c’est bien un Américain, Neil Armstrong, qui foule pour la première fois le sol lunaire et prononce cette phrase culte : "Un tout petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité." Ces trois événements, intimement liés, ont constitué des étapes clés de la conquête de l’espace et ont fait entrer l’humanité dans une nouvelle ère.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Histoire
Paris, le mystère du palais disparu
1 Août
Jeudi
20:00

Paris, le mystère du palais disparu

C’est le point zéro de la géographie française : l’île de la Cité. Là où commencent toutes les routes qui partent de Paris. Un centre absolu, au coeur du coeur de la capitale, qui sert de référence pour tous les calculs de distance. Mais l’île de la Cité est aussi le point zéro de l’Histoire de France. C’est ici que la Nation s’est affirmée, que le royaume s’est consolidé. Ici que les premiers rois de France ont construit ce qui fut à la fois un symbole et un outil : leur palais. Ce palais avait fière allure. Toutes les monarchies d’Europe enviaient ses dimensions et son architecture. De l’an Mil à l’an 1360, dix-neuf rois s’y sont succédé, de Robert II à Charles V. De même qu’il y eut le Louvre avant Versailles, il y eut, avant le Louvre, le palais de la Cité. Aujourd’hui, ce « Versailles du Moyen-Âge » n’existe plus. Son existence-même est peu connue du grand public. Dans la mémoire collective, ce « point zéro » est un point aveugle. Pourtant, les légendaires Philippe Auguste, Saint Louis et Philippe le Bel y régnèrent. Pourtant, ce centre nerveux du Royaume dura plus longtemps que ne durèrent le Louvre et Versailles : près de 400 ans… Pourquoi un tel oubli ? Peut-être parce que la demeure royale fut ensuite abaissée à de basses besognes et transformée en prison. Peut-être parce que la Révolution y enferma ceux qu’elle envoyait à la guillotine, et que Marie-Antoinette y vécut ses derniers jours. Par une cruelle ironie, la monarchie française a été symboliquement mise à mort là même où elle avait pris son essor…

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Histoire
Comment les nazis ont volé le livre de recettes de ma grand-mère
23 Août
Vendredi
11:30

Comment les nazis ont volé le livre de recettes de ma grand-mère

Ouverture d'un nouveau chapitre concernant le scandale de la spoliation nazie. À la fois enquête internationale et récit familial poignant, ce thriller historique raconte l'incroyable destin d'une cheffe cuisinière juive privée des droits d'auteurs de son livre de cuisine à succès. Loin d'être un cas isolé, son histoire révèle un système d'abus qui subsiste encore aujourd'hui ! En 1938, une chef du nom d'Alice Urbach fui Vienne, laissant derrière elle le livre de cuisine à succès qu'elle a écrit deux ans plus tôt. Son éditeur décide que, en tant que juive, elle ne peux plus en être l'auteur. A nom Aryen remplace le sien sur la couverture. Jusqu'à sa mort en exil en 1983, on refuse à Alice Urbach de reconnaître son travail. On la prive de l'accomplissement majeur de sa vie, et elle est loin d'être la seule. Aujourd'hui, sa petite-fille Karina Urbach, historienne à l'University of London, lève le voile sur ce scandale. Le sujet de l'expropriation intellectuelle n'a jamais été étudié auparavant, la recherche en est à peine à ses débuts. Son enquête personnelle la mène aux archives de Vienne, Londres et Munich, ou elle trouve des lettres, enregistrements et documents filmiques qu'elles pensait disparus. Elle découvre que sa grand-mère était loin d'être le stéréotypes de la grand-mère aux fourneaux: Alice Urbach était une femme forte, une entrepreneuse et une pionnère du mouvement de libération féminine dans les années 1930. Chaque chapitre de l'histoire de sa vie est une nouvelle surprise.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Histoire

Voir toutes les émissions