Infolettre
Émissions A-Z
Info
A-Z
Retour à la liste des émissions

Les grands maîtres de la peinture - Toulouse Lautrec

Les grands maîtres de la peinture - Toulouse Lautrec

Synopsis

Né au château de Bosc, une élégante demeure familiale, en 1864, Henri Marie Raymond de Toulouse Lautrec voit sa vie transformée par sa découverte de Montmartre. Il voue alors son talent artistique à peindre ce microcosme unique en son genre : mélange intriguant de vulgarité et de désinvolture. Ses endroits favoris sont le Moulin Rouge, le Moulin de la Galette, le Chat Noir et le cabaret d'Aristide Bruant. Il est à la fois acteur et observateur de la vie de bohème de ce quartier. Son oeuvre est vaste, malgré une vie courte et marquée par la maladie.

Prochaine diffusion Cette émission n'est plus en diffusion.

Voir aussi

Sacha Guitry, l'âme et l'esprit
5 Juin
Vendredi
11:30

Sacha Guitry, l'âme et l'esprit

Voici un hommage au plus illustre et au meilleur comédien du demi siècle. Au plus intelligent et au plus spirituel, aussi. Au plus courageux, surtout. Car, pessimiste par nature, l'auteur du « Roman d'un Tricheur » et de « Quadrille », le cinéaste de « Si Versailles m'était conté » et de « Remontons les Champs-Élysées » pensait, dit Marcel Achard, que toutes les vérités étaient bonnes à dire, à condition de les dire gaiement. Pour preuve, les dernières années de sa vie où, alors qu'on lui faisait plusieurs dizaines de piqûres par jour, il trouvait encore la force de plaisanter. Mais, à la manière du grand poète comique qu'il n'avait jamais cessé d'être. L'un de ses derniers mots ne fut-il pas : « Nier Dieu, c'est se priver de l'unique intérêt que peut avoir la mort » ? Un film consacré à Sacha Guitry s'imposait. Et, comme il se doit, ce programme est un véritable feu d'artifice de situations cocasses et de bons mots car, comme on le sait, aucun sujet n'a laissé le plus tendre et le plus ardent des moralistes indifférent. L'occasion d'analyser au travers de l'homme et de ses écrits la pensée profonde et la grandeur d'âme du Maître et l'occasion d'évoquer les cinquante premières années du XXe siècle et les personnalités qui l'ont animé. Où l'on comprendra que, plus que tout autre peut-être, Guitry « cachait bien son jeu ». Sous l'homme impressionnant auréolé de succès que ses détracteurs taxaient volontiers de prétention, se dissimulait en fait un être perpétuellement en recherche qui vivait par la force des choses en marge d 'une société dont il raillait les travers comme pour mieux s'en protéger. Mais, comme disait le poète : « L'humoriste, comme le fauve va toujours seul... » Une occasion de réhabiliter ce roi du théâtre dont on dit souvent que l'oeuvre, par ailleurs féconde, est marquée d'une certaine comédie douce amère de l'entre-deux guerres et dont on peine à reconnaître la modernité de l'inspiration.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Art et culture
Une fortune à Venise
13 Juin
Samedi
02:00

Une fortune à Venise

Retour sur la destinée des Tuscky, l'une des plus grandes familles de la cité des Doges, dont l'apogée et la chute entrent en résonance avec l'histoire de l'Europe. Italie, documentaire, canal, gondole

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Art et culture
Topoï - C'est l'époque qui veut ça
26 Juin
Vendredi
16:00

Topoï - C'est l'époque qui veut ça

Le running - La grand messe

Nos ancêtres, le dimanche matin, se rendaient à la messe, en tenues sobres. Désormais, le dimanche, nos contemporains trottinent dans les parcs et les rues, en tenues criardes : les fidèles sont devenus runners. « Je vais courir » est le mot de l’époque. Car tout le monde court désormais, ou presque : les jeunes et les vieux, les hommes et les femmes, les riches et les pauvres, la droite et la gauche. Et pourtant le running fait souffrir. Et pourtant le running – c’est ce qui le distingue du marathon – est une pratique sans but, il est la réduction du sport à une pure dépense. C’est dire si, dans cette aventure du bout de la rue, le runner court pour courir. Comme si dans nos villes et nos campagnes, où les orgies sont devenues bien prudes, où la guerre n’est plus que le lointain théâtre des « opérations extérieures », où toute consommation, même celle du luxe, est soumise aux lois du développement durable, il manquait cette dépense libre et orgiaque. Et si, plus profondément encore, ces jeunes gens qui veulent être « en forme », ces quadras qui « s’entretiennent », ces seniors qui courent derrière leur jeunesse, étaient le signe galopant de la mutation métaphysique profonde de la modernité ? Topoï trace une route tonique d’un monde qui a disparu, celui de la messe, où l’on n’avait qu’une âme et où l’on devait tout faire pour la sauver, à notre monde, où l’on n’a plus qu’un corps, et où l’on doit tout faire pour le sauver. évolution, société, changement, documentaire

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Art et culture

Voir toutes les émissions