Infolettre
Émissions A-Z
Info
A-Z
Retour à la liste des émissions
X

Topoï - C'est l'époque qui veut ça

La barbe - Ce que cachent les hommes

Topoï - C'est l'époque qui veut ça

La barbe - Ce que cachent les hommes

Réalisateur :

Gabrielle Culand

Synopsis

La barbe est le point de départ mythologique pour aborder la question des mutations de l’identité masculine. Son retour triomphal depuis une dizaine d’années, semble signifier chez les jeunes hommes non seulement leur volonté de prouver leur entrée dans un âge adulte qui était autrefois sanctionné par la paternité, désormais tardive, mais également une virilité incontestable, au-dessus de tout « soupçon », à l’heure où l’on dit l’identité masculine en crise. Un psychanalyste audacieux suggèrerait peut-être qu’arborer une large barbe à l’époque où les femmes s’épilent volontiers le sexe est une manière inconsciente de rééquilibrer les choses, de retrouver des repères perdus après le visage glabre du trader des années 80 et la peau douce du métro-sexuel. A l’heure de l’accélération des mutations technologiques, la barbe du hipster, la plus célèbre aujourd’hui, cultive par ailleurs l’idée d’une forme de marginalité baignée d’authenticité face à la société matérialiste. Authenticité ambiguë, puisque, s’ils ont l’air de bucherons, avec leurs chemises à carreaux, leurs bottes et leurs cheveux en pagaille, les hipsters n’en restent pas moins des citadins ultra-branchés qui auraient bien du mal à survivre dans une forêt. Topoï dévoile ce que les uns et les autres cherchent à cacher sous ces barbes fournies, car la résurgence de la barbe ne signifie pas que la « virilité » est sortie de sa longue crise ; elle est au contraire plus profonde que jamais. La barbe brouille le genre et ce n’est pas Conchita Wurst qui dira le contraire.

Prochaine diffusion Cette émission n'est plus en diffusion.

Voir aussi

Topoï - C'est l'époque qui veut ça
14 Février
Jeudi
19:00

Topoï - C'est l'époque qui veut ça

Le grand amour

Dans les années 60 et 70, l’amour a fait l’objet d’une vaste déconstruction : c’était un sentiment bourgeois, individualiste, un frein à la libération de la femme et à la libération sexuelle. Aujourd’hui, l’amour, le Grand Amour, fait un retour fracassant, comme s’il était le seul refuge possible, le dernier engagement pour réorganiser le chaos du monde, la seule véritable expérience de l’altérité, la seule chose pour laquelle on serait prêt à mourir, après la mort de Dieu, de la Patrie et du Grand Soir. Pour autant, les enfants des baby-boomers, héritiers de la grande déconstruction du sentiment amoureux et du divorce de masse, ont bien du mal à réinventer un Grand Amour contemporain. La culture du zapping, la recherche de l’intensité continue, l’exigence de s’accomplir toujours plus, laisse peu de place à la réalité de la vie conjugale, forcément un peu routinière et décevante. Topoï vous raconte comment le Grand Amour est la dernière grande mythologie qui enchante un monde désenchanté.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission

Voir toutes les émissions