Infolettre
Émissions A-Z
Info
A-Z
Retour à la liste des émissions
X

Margherita S, la femme qui inventa Mussolini

Margherita S, la femme qui inventa Mussolini

Synopsis

Parmi les nombreuses compagnes de Mussolini, Margherita Sarfatti est celle qui aura vécu le plus longtemps à ses côtés : vingt-deux ans. Éperdument amoureuse, elle aura également sur lui la plus grande influence. En effet, durant toutes ces années, elle fut bien davantage qu'une maîtresse puisque c'est elle qui façonna le personnage du Duce et bâtit son ascension ! Auprès de Mussolini, Margherita Sarfatti écrivait ses articles, ses discours, rédigea sa biographie, et inventa le mythe du Duce avant de théoriser le fascisme à ses côtés. Elle créa aussi le mouvement artistique Novecento, insufflant son esthétique au fascisme. Un portrait historique intimiste.

Prochaine diffusion Cette émission n'est plus en diffusion.

Voir aussi

Shoah, les oubliés de l'histoire
1 Février
Samedi
04:00

Shoah, les oubliés de l'histoire

Témoignages de l’indicible horreur de la Shoah, les images de la libération des camps se sont imprimées dans la mémoire collective. Mais qu’en est-il des trois millions de juifs qui périrent sur le sol soviétique ? Le 22 juin 1941, Hitler lance la Wehrmacht à l’assaut de l’URSS, faisant voler en éclats le pacte germano-soviétique signé en août 1939. Dès le début de l’offensive, Staline mobilise le pouvoir de l’image pour dresser la patrie contre l’envahisseur. Il dépêche sur le front des opérateurs de prises de vues tels que Roman Karmen, Otilia Reisman ou Mark Troïanovski. Armés de leurs petites caméras Eyemo, ils filment l’immense désolation des territoires foulés par l’ennemi. Amorcée à la fin de l’année 1941, la reconquête révèle l’ampleur du crime : dans le sillage de l’Armée rouge, les opérateurs découvrent les traces des exécutions de masse perpétrées par les Einsatzgruppen – ou groupes mobiles d’intervention –, avec la collaboration de nationalistes des pays baltes et d’Ukraine, contaminés par la théorie du "complot judéo-bolchevique". Pourtant, ce n’est qu’en recoupant leurs images avec celles des Allemands qu’apparaît la spécificité du génocide juif. Car rapidement, la propagande stalinienne s’emploie à gommer la judéité des victimes, à universaliser le martyre, pour fédérer le peuple dans la lutte contre le IIIe Reich.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Histoire
À la poursuite du diamant bleu
8 Février
Samedi
03:30

À la poursuite du diamant bleu

Paris, septembre 1792. Des voleurs s'introduisent dans l'hôtel du Garde-Meuble, aujourd'hui hôtel de la Marine, et dérobent les bijoux de la Couronne. Parmi les rares pièces qui ne seront pas retrouvées, un somptueux diamant de 69 carats, bleu saphir, qui ornait le grand insigne de la Toison d'or. Décembre 2007. Une réplique, en plomb, est retrouvée dans les tiroirs de la galerie des minéraux du Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Cette découverte fortuite conduit François Farges, directeur des collections, sur les traces de cette pierre exceptionnelle.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Histoire
La centrale, une histoire de l'anticommunisme
22 Février
Samedi
09:00

La centrale, une histoire de l'anticommunisme

Au sortir de la guerre, Georges Albertini, ancien secrétaire général d'un des principaux partis collaborationnistes, fonde, grâce à l'appui financier de quelques amis hauts placés, une revue consacrée à l'étude du communisme. Celle-ci va devenir la couverture d'une intense activité de propagande anticommuniste. La « Centrale », mélange d'officine patronale et d'agence de renseignement, va mener une lutte sans relâche à l'encontre du PCF, et prendre du galon jusqu'à atteindre la sphère d'influence des hommes politiques les plus hauts placés de la Vème République.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Histoire

Voir toutes les émissions