Thématiques
Émissions A-Z
T
A-Z
Retour à la liste des émissions
X

Le goût du risque

Le goût du risque

Synopsis

La championne de snowboard freeride et de wingsuit Géraldine Fasnacht, le champion du monde de bodyboard Amaury Lavernhe et le multiple recordman du monde d'apnée Guillaume Néry, font partie d'un club à part chez les athlètes de haut niveau. Sportifs de l'extrême, ils fascinent et intriguent. Performance, concentration, préparation, rigueur de l'entraînement rythment leur vie de champion. Mais qu'ils soient en montagne, dans l'eau ou dans les airs, tous mettent potentiellement leur vie en jeu, car le risque zéro n'existe pas

Prochaine diffusion Cette émission n'est plus en diffusion.

Retour à la liste des émissions
Partager cette émission

Voir aussi

Crash Investigations - Saison 2
6 Juin
Mercredi
19:00

Crash Investigations - Saison 2

Petits avions, gros problèmes

New Jersey, le 16 juillet 1999, John Fitzgerald Kennedy Junior doit assister à un mariage en compagnie de son épouse et de sa belle-soeur. Malgré le soir tombant et des conditions climatiques pas optimales, JFK Junior décide de prendre les commandes de son petit avion. Après 63 minutes de vol, l'appareil s'abîme dans l'océan. Que s'est-il passé ? New York, le 11 octobre 2006, le célèbre joueur de base-ball Cory Lidle survole l'Hudson avec son instructeur. Alors qu'ils font demi-tour pour ne pas entrer dans l'espace aérien de l'aéroport de La Guardia, les deux hommes négocient mal leur virage. L'appareil, désormais hors de contrôle, se retrouve au milieu des gratte-ciel, risquant à tout moment de percuter un immeuble. Avril 1996, Jessica Dubroff, 7 ans, tente de devenir la plus jeune pilote à faire le tour des États-Unis. Le 11 avril, elle décolle avec son père et son instructeur de la petite ville de Cheyenne, dans le Wyoming. L'avion, trop chargé, est difficilement manoeuvrable et un orage menace à l'horizon. Quelques minutes après avoir quitté la piste, l'appareil s'écrase. Qui était aux commandes ? Et qui a pris la décision de décoller malgré la très mauvaise météo ?

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Crash Investigations - Saison 2
9 Juin
Samedi
22:00

Crash Investigations - Saison 2

Impact imminent

À la fin des années 1970, la compagnie Air New Zealand propose des vols touristiques pour découvrir les paysages enneigés de l'Antarctique. Le 28 novembre 1979, le vol 901 fait justement partie de ce programme. Alors que les 237 passagers s'émerveillent du panorama, le système avertisseur de proximité du sol se déclenche. Quelques secondes plus tard, le DC-10 s'écrase contre le mont Erebus, ne laissant aucun survivant. Un plan de vol erroné et une illusion d'optique provoquée par les nuages seraient à l'origine de cette catastrophe hors normes. Le 20 décembre 1995, le vol 965 de l'American Airlines est en route pour la Colombie. Il doit atterrir à l'aéroport de Cali, dans la cordillère des Andes. Trois ans plus tôt, des guérilleros ont détruit le radar de cet aéroport et il n'a pas été remplacé depuis. Les pilotes n'ont que leurs instruments radio pour se poser. Le commandant de bord entre des coordonnées dans le système de navigation mais se trompe. Il fait nuit et la visibilité est mauvaise au milieu des montagnes. Quand l'équipage se rend compte de l'erreur, il est trop tard pour éviter le crash. Le 20 janvier 1992, le vol 5148 d'Air Inter relie Lyon à Strasbourg. L'appareil est un Airbus A320, le premier avion de ligne entièrement automatisé et l'un des plus sophistiqués du marché. À l'approche de l'aéroport de Strasbourg, de mauvais vents obligent l'avion à changer de piste d'atterrissage. Les pilotes passent en mode manuel mais l'un d'eux confond sur un cadran la vitesse et l'angle de descente dans le pilotage automatique. Une erreur fatale : l'appareil s'écrase quelques minutes plus tard sur le mont Sainte-Odile.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Sauvés par des Justes
15 Juin
Vendredi
11:00

Sauvés par des Justes

Gros plan sur ces citoyens qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, "ont risqué leur vie pour sauver des Juifs en tout désintéressement", luttant face à la peur et contre le désespoir. Après l'accession d’Adolf Hitler au pouvoir en janvier 1933, les juifs d’Allemagne sont rapidement mis à l’écart. Dès le mois d’avril, un boycott des magasins juifs est organisé, empêchant notamment les commerçants d’accéder à leur lieu de travail. En 1935, les lois de Nuremberg ancrent l’antisémitisme dans la législation du IIIe Reich. L'escalade se poursuit avec le pogrom de la Nuit de cristal, du 9 au 10 novembre 1938, qui contraint des milliers de juifs à l’exil. Beaucoup choisissent de se réfugier dans la patrie de la Révolution et des droits de l’Homme. Mais après l’occupation d’une partie de la France par les troupes allemandes en 1940, la lutte pour la survie continue. Malgré l’implication des autorités françaises dans leur persécution, les trois quarts des juifs, Français et réfugiés, échapperont à la déportation, notamment grâce à l’aide des Justes. Ces gestes de solidarité ou de sauvetage, dès les rafles de l'été 1942, de la part de citoyens de toutes conditions sociales, opinions ou religions, seront reconnus en 1953 par une loi israélienne qui crée pour eux le titre de "Juste", rendant ainsi hommage à ceux "qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs en tout désintéressement". Ils sont plus de deux mille sept cents en France et vingt mille en Europe...

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission

Voir toutes les émissions