Infolettre
Émissions A-Z
Info
A-Z
Retour à la liste des émissions

Les vallées des marrons : de la Réunion à la Guyane

Les vallées des marrons : de la Réunion à la Guyane

Synopsis

Découverte récemment et perdue au milieu des hauteurs escarpées de l'île de la Réunion, la «vallée secrète» a été identifiée scientifiquement comme un ancien site de marronnage utilisé par les esclaves qui fuyaient leurs maîtres pendant le temps de l'esclavage. Aujourd'hui, les recherches archéologiques permettent de mieux comprendre ce phénomène. Car en Guyane, la vallée des Maroni a également été une terre d'accueil pour les esclaves qui ont fui les plantations néerlandaises voisines. Protégées par une forêt tropicale dense, les communautés formées par ces marrons ont pu subsister jusqu'à nos jours.

Prochaine diffusion Cette émission n'est plus en diffusion.

Voir aussi

Sur la corde raide
27 Décembre
Vendredi
11:30

Sur la corde raide

Le chorégraphe Thaïlandais Jitti Chompee cherche l’équilibre parfait dans cette création qui défie la gravité. SUR LA CORDE RAIDE s’inspire directement de la vie et des prouesses du funambule Philippe Petit qui, en 1994, traversa le vide séparant les deux tours du World Trade Center à New York. Sa bravoure et sa capacité à défier l’ordre établi sont les idées force qui ont inspiré la création de ce ballet. Influencé par l’œuvre de Jean Genêt, « Le Funambule », le chorégraphe pousse le comédien à braver la mort et le public ne peut s’empêcher de ressentir l’intensité de la performance.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Art et culture
De l'or dans ma maison
28 Décembre
Samedi
13:00

De l'or dans ma maison

Épisode 5

Des experts se rendent chez des particuliers pour les aider à réaliser leurs projets en dénichant des trésors qui se cachent dans leur maison.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Art et culture
Arts et backstage
31 Décembre
Mardi
15:30

Arts et backstage

La cité lacustre

En lisière de la ville, l'immense bâtiment jaune et noir attire le regard. Derrière le bâtiment le caravaning hôtel de la compagnie héberge les compagnies en résidences qui se succèdent au centre. Le moustique métallique géant qui domine l'entrée pique la curiosité. Bienvenu au centre national des arts de la rue. En franchissant le sas de l'accueil on pénètre dans un autre monde... Dans les ateliers on soude, on scie, on dessine, on invente en permanence. Autour dans les réserves s'empilent costumes, masques, perruques et chaussures. Ailleurs c'est les sous-marins des comédiens, les bateaux, les véhicules improbables et les machines mystérieuses qui s'empilent dans tous les espaces disponibles et jusque sous des bâches à l'extérieur. Cette année l'objectif est de taille. Non seulement la compagnie s'est lancée dans la fabrication d'une cité lacustre de plus de cent mètres de long, mais en plus elle est conçue entièrement autonome en énergie et en eau potable. Ce défi écologique les oblige à reconsidérer toute la mécanique d'un nombre considérable de leurs appareils. Alors que la date de la première représentation approche tout n'est pas encore arrêté. De nouveaux problèmes techniques apparaissent. On surveille quotidiennement la météo dont dépend l'approvisionnement en énergie de l'ensemble des spectacles. La tension monte imperceptiblement, les journées s'allongent, les traits sont tirés... A J – 8, la compagnie déménage tout son matériel vers Martigues. Les préparatifs vont continuer sur site. Jour et nuit on va installer, tester, améliorer. Le travail est colossal. Jusqu'au dernier instant, alors que la nuit tombe dans l'anse autour de laquelle se pressent près de 5000 spectateurs, on vérifie les systèmes électriques, la pression des ballasts, l'ajustement des costumes, la charge des batteries... le spectacle peut commencer. Tout fonctionnera-t-il ? Qui aura le privilège d'aller dormir dans la chambre d'apparat de la cité flottante ?

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Art et culture

Voir toutes les émissions