Thématiques
Émissions A-Z
T
A-Z
Retour à la liste des émissions

Arts et backstage

Cirque en capitale

Arts et backstage

Cirque en capitale

Synopsis

Loin du cirque de nos grands-parents, il en existe un autre, en pleine évolution, le cirque contemporain. A la croisée des arts et des disciplines, entre performances physiques, danse et théâtre. A Marseille, depuis dix ans, ce cirque contemporain s'est fait une place. C’est là que nous irons suivre la création de spectacle de 2 compagnies marseillaises à l’occasion de Marseille Capitale européenne de la culture en 2013. Ce film s’intéressera à ce temps suspendu qu’est la création, ces moments d’errance, de doute, puis de bonheur…. quand on a trouvé le « truc » qui marche, le petit bout de poésie qui fait avancer le spectacle.

Prochaine diffusion Lundi 25 Juin à 21:00 | Durée: 00:00:26

Rediffusions

Jeudi 28 Juin à 22:00 | Dimanche 1 Juillet à 23:30 | Lundi 2 Juillet à 16:00 | Vendredi 6 Juillet à 10:00 | Dimanche 8 Juillet à 10:00 | Lundi 9 Juillet à 23:00 | Samedi 14 Juillet à 23:00 | Vendredi 20 Juillet à 23:00
Retour à la liste des émissions
Partager cette émission

Voir aussi

Arts et backstage
6 Juillet
Vendredi
23:00

Arts et backstage

Danseurs de couleurs

Au cœur de ce projet, une fête indienne traditionnelle, la Holi, « la fête des couleurs », explosion de pigments colorés, d’énergie et de bonne humeur qui célèbre l’arrivée du printemps. La compagnie marseillaise Artonik a choisi de s’en inspirer pour monter un projet esthétique ambitieux mais surtout participatif, dans lequel plus de 150 bénévoles pourront s’impliquer, tant d’un point de vue artistique que logistique.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
28 Mai
Lundi
13:30

Arts et backstage

Les magiciens du feu

Dans la nuit camarguaise, des feux d'artifices perforent le silence et éblouissent la nuit. Pourtant ce n'est pas le 14 juillet, d'ailleurs il n'y a pas de public. Christophe discute avec une voix nasillarde qui sort d'un talkie walkie. Le groupe F effectue des essais de tirs pyrotechniques dans les champs en friche de la Camargue. Nous allons suivre l’évolution de leur travail de création sur plusieurs spectacles en France et à travers le monde. Au troisième étage de l'ancienne cave vinicole qui abrite leurs ateliers, une quinzaine de personnes travaillent autour de Christophe à la création et la fabrication des spectacles. Des balbutiements à la finition, nous observerons comédiens et techniciens dans leur travail quotidien. Laurent, comédien, Valérie coordinatrice technique, Thomas spécialiste artificier, nous ouvrent les portes de cet univers secret et bouillonnant qui fabrique du rêve pour enchanter nos rues. De l'atelier à la mise en place technique sur site, nous sentirons naître l'œuvre complexe. Puis viendra le grand soir, et, si tout va bien, l'immense bonheur d'avoir fabriqué cet objet éphémère et fascinant que des milliers de gens emporteront dans leurs souvenirs...

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
28 Mai
Lundi
21:30

Arts et backstage

La cité lacustre

En lisière de la ville, l'immense bâtiment jaune et noir attire le regard. Derrière le bâtiment le caravaning hôtel de la compagnie héberge les compagnies en résidences qui se succèdent au centre. Le moustique métallique géant qui domine l'entrée pique la curiosité. Bienvenu au centre national des arts de la rue. En franchissant le sas de l'accueil on pénètre dans un autre monde... Dans les ateliers on soude, on scie, on dessine, on invente en permanence. Autour dans les réserves s'empilent costumes, masques, perruques et chaussures. Ailleurs c'est les sous-marins des comédiens, les bateaux, les véhicules improbables et les machines mystérieuses qui s'empilent dans tous les espaces disponibles et jusque sous des bâches à l'extérieur. Cette année l'objectif est de taille. Non seulement la compagnie s'est lancée dans la fabrication d'une cité lacustre de plus de cent mètres de long, mais en plus elle est conçue entièrement autonome en énergie et en eau potable. Ce défi écologique les oblige à reconsidérer toute la mécanique d'un nombre considérable de leurs appareils. Alors que la date de la première représentation approche tout n'est pas encore arrêté. De nouveaux problèmes techniques apparaissent. On surveille quotidiennement la météo dont dépend l'approvisionnement en énergie de l'ensemble des spectacles. La tension monte imperceptiblement, les journées s'allongent, les traits sont tirés... A J – 8, la compagnie déménage tout son matériel vers Martigues. Les préparatifs vont continuer sur site. Jour et nuit on va installer, tester, améliorer. Le travail est colossal. Jusqu'au dernier instant, alors que la nuit tombe dans l'anse autour de laquelle se pressent près de 5000 spectateurs, on vérifie les systèmes électriques, la pression des ballasts, l'ajustement des costumes, la charge des batteries... le spectacle peut commencer. Tout fonctionnera-t-il ? Qui aura le privilège d'aller dormir dans la chambre d'apparat de la cité flottante ?

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
29 Mai
Mardi
23:30

Arts et backstage

Les magiciens du feu

Dans la nuit camarguaise, des feux d'artifices perforent le silence et éblouissent la nuit. Pourtant ce n'est pas le 14 juillet, d'ailleurs il n'y a pas de public. Christophe discute avec une voix nasillarde qui sort d'un talkie walkie. Le groupe F effectue des essais de tirs pyrotechniques dans les champs en friche de la Camargue. Nous allons suivre l’évolution de leur travail de création sur plusieurs spectacles en France et à travers le monde. Au troisième étage de l'ancienne cave vinicole qui abrite leurs ateliers, une quinzaine de personnes travaillent autour de Christophe à la création et la fabrication des spectacles. Des balbutiements à la finition, nous observerons comédiens et techniciens dans leur travail quotidien. Laurent, comédien, Valérie coordinatrice technique, Thomas spécialiste artificier, nous ouvrent les portes de cet univers secret et bouillonnant qui fabrique du rêve pour enchanter nos rues. De l'atelier à la mise en place technique sur site, nous sentirons naître l'œuvre complexe. Puis viendra le grand soir, et, si tout va bien, l'immense bonheur d'avoir fabriqué cet objet éphémère et fascinant que des milliers de gens emporteront dans leurs souvenirs...

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
31 Mai
Jeudi
22:00

Arts et backstage

La cité lacustre

En lisière de la ville, l'immense bâtiment jaune et noir attire le regard. Derrière le bâtiment le caravaning hôtel de la compagnie héberge les compagnies en résidences qui se succèdent au centre. Le moustique métallique géant qui domine l'entrée pique la curiosité. Bienvenu au centre national des arts de la rue. En franchissant le sas de l'accueil on pénètre dans un autre monde... Dans les ateliers on soude, on scie, on dessine, on invente en permanence. Autour dans les réserves s'empilent costumes, masques, perruques et chaussures. Ailleurs c'est les sous-marins des comédiens, les bateaux, les véhicules improbables et les machines mystérieuses qui s'empilent dans tous les espaces disponibles et jusque sous des bâches à l'extérieur. Cette année l'objectif est de taille. Non seulement la compagnie s'est lancée dans la fabrication d'une cité lacustre de plus de cent mètres de long, mais en plus elle est conçue entièrement autonome en énergie et en eau potable. Ce défi écologique les oblige à reconsidérer toute la mécanique d'un nombre considérable de leurs appareils. Alors que la date de la première représentation approche tout n'est pas encore arrêté. De nouveaux problèmes techniques apparaissent. On surveille quotidiennement la météo dont dépend l'approvisionnement en énergie de l'ensemble des spectacles. La tension monte imperceptiblement, les journées s'allongent, les traits sont tirés... A J – 8, la compagnie déménage tout son matériel vers Martigues. Les préparatifs vont continuer sur site. Jour et nuit on va installer, tester, améliorer. Le travail est colossal. Jusqu'au dernier instant, alors que la nuit tombe dans l'anse autour de laquelle se pressent près de 5000 spectateurs, on vérifie les systèmes électriques, la pression des ballasts, l'ajustement des costumes, la charge des batteries... le spectacle peut commencer. Tout fonctionnera-t-il ? Qui aura le privilège d'aller dormir dans la chambre d'apparat de la cité flottante ?

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
3 Juin
Dimanche
23:30

Arts et backstage

La cité lacustre

En lisière de la ville, l'immense bâtiment jaune et noir attire le regard. Derrière le bâtiment le caravaning hôtel de la compagnie héberge les compagnies en résidences qui se succèdent au centre. Le moustique métallique géant qui domine l'entrée pique la curiosité. Bienvenu au centre national des arts de la rue. En franchissant le sas de l'accueil on pénètre dans un autre monde... Dans les ateliers on soude, on scie, on dessine, on invente en permanence. Autour dans les réserves s'empilent costumes, masques, perruques et chaussures. Ailleurs c'est les sous-marins des comédiens, les bateaux, les véhicules improbables et les machines mystérieuses qui s'empilent dans tous les espaces disponibles et jusque sous des bâches à l'extérieur. Cette année l'objectif est de taille. Non seulement la compagnie s'est lancée dans la fabrication d'une cité lacustre de plus de cent mètres de long, mais en plus elle est conçue entièrement autonome en énergie et en eau potable. Ce défi écologique les oblige à reconsidérer toute la mécanique d'un nombre considérable de leurs appareils. Alors que la date de la première représentation approche tout n'est pas encore arrêté. De nouveaux problèmes techniques apparaissent. On surveille quotidiennement la météo dont dépend l'approvisionnement en énergie de l'ensemble des spectacles. La tension monte imperceptiblement, les journées s'allongent, les traits sont tirés... A J – 8, la compagnie déménage tout son matériel vers Martigues. Les préparatifs vont continuer sur site. Jour et nuit on va installer, tester, améliorer. Le travail est colossal. Jusqu'au dernier instant, alors que la nuit tombe dans l'anse autour de laquelle se pressent près de 5000 spectateurs, on vérifie les systèmes électriques, la pression des ballasts, l'ajustement des costumes, la charge des batteries... le spectacle peut commencer. Tout fonctionnera-t-il ? Qui aura le privilège d'aller dormir dans la chambre d'apparat de la cité flottante ?

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
4 Juin
Lundi
16:00

Arts et backstage

La cité lacustre

En lisière de la ville, l'immense bâtiment jaune et noir attire le regard. Derrière le bâtiment le caravaning hôtel de la compagnie héberge les compagnies en résidences qui se succèdent au centre. Le moustique métallique géant qui domine l'entrée pique la curiosité. Bienvenu au centre national des arts de la rue. En franchissant le sas de l'accueil on pénètre dans un autre monde... Dans les ateliers on soude, on scie, on dessine, on invente en permanence. Autour dans les réserves s'empilent costumes, masques, perruques et chaussures. Ailleurs c'est les sous-marins des comédiens, les bateaux, les véhicules improbables et les machines mystérieuses qui s'empilent dans tous les espaces disponibles et jusque sous des bâches à l'extérieur. Cette année l'objectif est de taille. Non seulement la compagnie s'est lancée dans la fabrication d'une cité lacustre de plus de cent mètres de long, mais en plus elle est conçue entièrement autonome en énergie et en eau potable. Ce défi écologique les oblige à reconsidérer toute la mécanique d'un nombre considérable de leurs appareils. Alors que la date de la première représentation approche tout n'est pas encore arrêté. De nouveaux problèmes techniques apparaissent. On surveille quotidiennement la météo dont dépend l'approvisionnement en énergie de l'ensemble des spectacles. La tension monte imperceptiblement, les journées s'allongent, les traits sont tirés... A J – 8, la compagnie déménage tout son matériel vers Martigues. Les préparatifs vont continuer sur site. Jour et nuit on va installer, tester, améliorer. Le travail est colossal. Jusqu'au dernier instant, alors que la nuit tombe dans l'anse autour de laquelle se pressent près de 5000 spectateurs, on vérifie les systèmes électriques, la pression des ballasts, l'ajustement des costumes, la charge des batteries... le spectacle peut commencer. Tout fonctionnera-t-il ? Qui aura le privilège d'aller dormir dans la chambre d'apparat de la cité flottante ?

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
4 Juin
Lundi
16:30

Arts et backstage

Les magiciens du feu

Dans la nuit camarguaise, des feux d'artifices perforent le silence et éblouissent la nuit. Pourtant ce n'est pas le 14 juillet, d'ailleurs il n'y a pas de public. Christophe discute avec une voix nasillarde qui sort d'un talkie walkie. Le groupe F effectue des essais de tirs pyrotechniques dans les champs en friche de la Camargue. Nous allons suivre l’évolution de leur travail de création sur plusieurs spectacles en France et à travers le monde. Au troisième étage de l'ancienne cave vinicole qui abrite leurs ateliers, une quinzaine de personnes travaillent autour de Christophe à la création et la fabrication des spectacles. Des balbutiements à la finition, nous observerons comédiens et techniciens dans leur travail quotidien. Laurent, comédien, Valérie coordinatrice technique, Thomas spécialiste artificier, nous ouvrent les portes de cet univers secret et bouillonnant qui fabrique du rêve pour enchanter nos rues. De l'atelier à la mise en place technique sur site, nous sentirons naître l'œuvre complexe. Puis viendra le grand soir, et, si tout va bien, l'immense bonheur d'avoir fabriqué cet objet éphémère et fascinant que des milliers de gens emporteront dans leurs souvenirs...

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
7 Juin
Jeudi
13:30

Arts et backstage

Les magiciens du feu

Dans la nuit camarguaise, des feux d'artifices perforent le silence et éblouissent la nuit. Pourtant ce n'est pas le 14 juillet, d'ailleurs il n'y a pas de public. Christophe discute avec une voix nasillarde qui sort d'un talkie walkie. Le groupe F effectue des essais de tirs pyrotechniques dans les champs en friche de la Camargue. Nous allons suivre l’évolution de leur travail de création sur plusieurs spectacles en France et à travers le monde. Au troisième étage de l'ancienne cave vinicole qui abrite leurs ateliers, une quinzaine de personnes travaillent autour de Christophe à la création et la fabrication des spectacles. Des balbutiements à la finition, nous observerons comédiens et techniciens dans leur travail quotidien. Laurent, comédien, Valérie coordinatrice technique, Thomas spécialiste artificier, nous ouvrent les portes de cet univers secret et bouillonnant qui fabrique du rêve pour enchanter nos rues. De l'atelier à la mise en place technique sur site, nous sentirons naître l'œuvre complexe. Puis viendra le grand soir, et, si tout va bien, l'immense bonheur d'avoir fabriqué cet objet éphémère et fascinant que des milliers de gens emporteront dans leurs souvenirs...

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
10 Juin
Dimanche
10:00

Arts et backstage

La cité lacustre

En lisière de la ville, l'immense bâtiment jaune et noir attire le regard. Derrière le bâtiment le caravaning hôtel de la compagnie héberge les compagnies en résidences qui se succèdent au centre. Le moustique métallique géant qui domine l'entrée pique la curiosité. Bienvenu au centre national des arts de la rue. En franchissant le sas de l'accueil on pénètre dans un autre monde... Dans les ateliers on soude, on scie, on dessine, on invente en permanence. Autour dans les réserves s'empilent costumes, masques, perruques et chaussures. Ailleurs c'est les sous-marins des comédiens, les bateaux, les véhicules improbables et les machines mystérieuses qui s'empilent dans tous les espaces disponibles et jusque sous des bâches à l'extérieur. Cette année l'objectif est de taille. Non seulement la compagnie s'est lancée dans la fabrication d'une cité lacustre de plus de cent mètres de long, mais en plus elle est conçue entièrement autonome en énergie et en eau potable. Ce défi écologique les oblige à reconsidérer toute la mécanique d'un nombre considérable de leurs appareils. Alors que la date de la première représentation approche tout n'est pas encore arrêté. De nouveaux problèmes techniques apparaissent. On surveille quotidiennement la météo dont dépend l'approvisionnement en énergie de l'ensemble des spectacles. La tension monte imperceptiblement, les journées s'allongent, les traits sont tirés... A J – 8, la compagnie déménage tout son matériel vers Martigues. Les préparatifs vont continuer sur site. Jour et nuit on va installer, tester, améliorer. Le travail est colossal. Jusqu'au dernier instant, alors que la nuit tombe dans l'anse autour de laquelle se pressent près de 5000 spectateurs, on vérifie les systèmes électriques, la pression des ballasts, l'ajustement des costumes, la charge des batteries... le spectacle peut commencer. Tout fonctionnera-t-il ? Qui aura le privilège d'aller dormir dans la chambre d'apparat de la cité flottante ?

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
11 Juin
Lundi
23:00

Arts et backstage

La cité lacustre

En lisière de la ville, l'immense bâtiment jaune et noir attire le regard. Derrière le bâtiment le caravaning hôtel de la compagnie héberge les compagnies en résidences qui se succèdent au centre. Le moustique métallique géant qui domine l'entrée pique la curiosité. Bienvenu au centre national des arts de la rue. En franchissant le sas de l'accueil on pénètre dans un autre monde... Dans les ateliers on soude, on scie, on dessine, on invente en permanence. Autour dans les réserves s'empilent costumes, masques, perruques et chaussures. Ailleurs c'est les sous-marins des comédiens, les bateaux, les véhicules improbables et les machines mystérieuses qui s'empilent dans tous les espaces disponibles et jusque sous des bâches à l'extérieur. Cette année l'objectif est de taille. Non seulement la compagnie s'est lancée dans la fabrication d'une cité lacustre de plus de cent mètres de long, mais en plus elle est conçue entièrement autonome en énergie et en eau potable. Ce défi écologique les oblige à reconsidérer toute la mécanique d'un nombre considérable de leurs appareils. Alors que la date de la première représentation approche tout n'est pas encore arrêté. De nouveaux problèmes techniques apparaissent. On surveille quotidiennement la météo dont dépend l'approvisionnement en énergie de l'ensemble des spectacles. La tension monte imperceptiblement, les journées s'allongent, les traits sont tirés... A J – 8, la compagnie déménage tout son matériel vers Martigues. Les préparatifs vont continuer sur site. Jour et nuit on va installer, tester, améliorer. Le travail est colossal. Jusqu'au dernier instant, alors que la nuit tombe dans l'anse autour de laquelle se pressent près de 5000 spectateurs, on vérifie les systèmes électriques, la pression des ballasts, l'ajustement des costumes, la charge des batteries... le spectacle peut commencer. Tout fonctionnera-t-il ? Qui aura le privilège d'aller dormir dans la chambre d'apparat de la cité flottante ?

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
16 Juin
Samedi
17:30

Arts et backstage

La cité lacustre

En lisière de la ville, l'immense bâtiment jaune et noir attire le regard. Derrière le bâtiment le caravaning hôtel de la compagnie héberge les compagnies en résidences qui se succèdent au centre. Le moustique métallique géant qui domine l'entrée pique la curiosité. Bienvenu au centre national des arts de la rue. En franchissant le sas de l'accueil on pénètre dans un autre monde... Dans les ateliers on soude, on scie, on dessine, on invente en permanence. Autour dans les réserves s'empilent costumes, masques, perruques et chaussures. Ailleurs c'est les sous-marins des comédiens, les bateaux, les véhicules improbables et les machines mystérieuses qui s'empilent dans tous les espaces disponibles et jusque sous des bâches à l'extérieur. Cette année l'objectif est de taille. Non seulement la compagnie s'est lancée dans la fabrication d'une cité lacustre de plus de cent mètres de long, mais en plus elle est conçue entièrement autonome en énergie et en eau potable. Ce défi écologique les oblige à reconsidérer toute la mécanique d'un nombre considérable de leurs appareils. Alors que la date de la première représentation approche tout n'est pas encore arrêté. De nouveaux problèmes techniques apparaissent. On surveille quotidiennement la météo dont dépend l'approvisionnement en énergie de l'ensemble des spectacles. La tension monte imperceptiblement, les journées s'allongent, les traits sont tirés... A J – 8, la compagnie déménage tout son matériel vers Martigues. Les préparatifs vont continuer sur site. Jour et nuit on va installer, tester, améliorer. Le travail est colossal. Jusqu'au dernier instant, alors que la nuit tombe dans l'anse autour de laquelle se pressent près de 5000 spectateurs, on vérifie les systèmes électriques, la pression des ballasts, l'ajustement des costumes, la charge des batteries... le spectacle peut commencer. Tout fonctionnera-t-il ? Qui aura le privilège d'aller dormir dans la chambre d'apparat de la cité flottante ?

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Arts et backstage
22 Juin
Vendredi
23:00

Arts et backstage

La cité lacustre

En lisière de la ville, l'immense bâtiment jaune et noir attire le regard. Derrière le bâtiment le caravaning hôtel de la compagnie héberge les compagnies en résidences qui se succèdent au centre. Le moustique métallique géant qui domine l'entrée pique la curiosité. Bienvenu au centre national des arts de la rue. En franchissant le sas de l'accueil on pénètre dans un autre monde... Dans les ateliers on soude, on scie, on dessine, on invente en permanence. Autour dans les réserves s'empilent costumes, masques, perruques et chaussures. Ailleurs c'est les sous-marins des comédiens, les bateaux, les véhicules improbables et les machines mystérieuses qui s'empilent dans tous les espaces disponibles et jusque sous des bâches à l'extérieur. Cette année l'objectif est de taille. Non seulement la compagnie s'est lancée dans la fabrication d'une cité lacustre de plus de cent mètres de long, mais en plus elle est conçue entièrement autonome en énergie et en eau potable. Ce défi écologique les oblige à reconsidérer toute la mécanique d'un nombre considérable de leurs appareils. Alors que la date de la première représentation approche tout n'est pas encore arrêté. De nouveaux problèmes techniques apparaissent. On surveille quotidiennement la météo dont dépend l'approvisionnement en énergie de l'ensemble des spectacles. La tension monte imperceptiblement, les journées s'allongent, les traits sont tirés... A J – 8, la compagnie déménage tout son matériel vers Martigues. Les préparatifs vont continuer sur site. Jour et nuit on va installer, tester, améliorer. Le travail est colossal. Jusqu'au dernier instant, alors que la nuit tombe dans l'anse autour de laquelle se pressent près de 5000 spectateurs, on vérifie les systèmes électriques, la pression des ballasts, l'ajustement des costumes, la charge des batteries... le spectacle peut commencer. Tout fonctionnera-t-il ? Qui aura le privilège d'aller dormir dans la chambre d'apparat de la cité flottante ?

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Afficher +

Voir toutes les émissions