Infolettre
Émissions A-Z
Info
A-Z
Retour à la liste des émissions
X

Si l'évolution m'était contée

La taille

Si l'évolution m'était contée

La taille

Synopsis

L'étude de l'évolution de la taille des espèces animales au cours des millénaires réserve bien des surprises. De nos jours, le plus grand animal terrestre est l'éléphant d'Afrique, qui peut mesurer jusqu'à 4 mètres au garrot. Son ancêtre, le mammouth, qui vivait encore il y a 4 000 ans sur terre, a la réputation d'être beaucoup plus haut. Des scientifiques ont cependant découvert la présence sur les Channel Islands, au large de la Californie, il y a 20 000 ans, de mammouths pygmées, dont la petite taille correspond à celle d'un éléphanteau. De même, les insectes étaient autrefois gros comme des oiseaux – l'ancêtre de la libellule était doté d'ailes d'une envergure d'un mètre, avant de rapetisser peu à peu. Les êtres humains, par contre, tendent à grandir au fil du temps et pourraient mesurer entre 2 mètres et 2,50 mètres dans quelques siècles.

Prochaine diffusion Mardi 5 Mars à 20:00 | Durée: 00:00:43

Rediffusions

Vendredi 8 Mars à 18:00 | Lundi 11 Mars à 06:00 | Jeudi 14 Mars à 22:00 | Dimanche 17 Mars à 06:00 | Mercredi 20 Mars à 07:00

Voir aussi

Si l'évolution m'était contée
21 Février
Jeudi
22:30

Si l'évolution m'était contée

La sexualité

Chez les animaux, la reproduction, qui permet d'assurer la survie de l'espèce, s'apparente à un combat. Le sexe est le moteur de l'évolution. Au large des îles Bimini, aux Bahamas, des chercheurs étudient les requins, surtout connus pour être de formidables machines à tuer. On sait beaucoup moins que ce sont les premiers vertébrés, il y a 400 millions d'années, à s'être pourvus d'un pénis, organe reproducteur mâle qui prit des formes différentes chez les oiseaux, les reptiles et les insectes. Et cet organe, dénommé ptérygopode, en permettant la fécondation interne des ovules et la protection des oeufs dans l'abdomen de la femelle, a assuré la suprématie des requins sur les poissons des mers et des océans jusqu'à nos jours.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Si l'évolution m'était contée
22 Février
Vendredi
18:00

Si l'évolution m'était contée

La peau

Selon les espèces, la peau peut servir d'armure et de camouflage pour se protéger, d'arme pour chasser, ou de moyen de locomotion. Celle des requins, tranchante comme un rasoir et hydrodynamique, permet ainsi à ces redoutables prédateurs des mers de fondre sur leur proie avec une grande rapidité. C'est pourquoi elle sert de modèle dans la fabrication de maillots de bain pour nageurs de haut niveau destinés à améliorer leurs performances. La première structure s'apparentant à la peau est apparue chez les méduses, qui peuplent les mers et les océans du globe depuis 600 millions d'années. Celles-ci sont les premiers animaux à avoir été capables de se mouvoir dans l'eau et à utiliser leur enveloppe protectrice comme une arme. Il y a 500 millions d'années, les premiers poissons à écailles, ancêtres des crocodiles et des lézards, font leur apparition. Les écailles offrent une meilleure résistance à l'eau, protègent des éraflures et des maladies.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Si l'évolution m'était contée
26 Février
Mardi
16:00

Si l'évolution m'était contée

Les mâchoires

Depuis 400 millions d'années, les prédateurs, apparus au cambrien, sont dotés de mâchoires puissantes. Leurs proies, en modifiant leur aspect pour améliorer leurs chances de survie - carapaces et venin, entre autres -, déclenchent périodiquement une nouvelle adaptation des espèces féroces. Ainsi va l'évolution. Les crocodiles et les alligators sont aujourd'hui les créatures qui possèdent les mâchoires les plus redoutables du monde animal, leur permettant de s'attaquer à de gros animaux comme les gnous ou les buffles. Cet épisode remonte le temps jusqu'à l'apparition, chez les placodermes, des premiers arcs osseux capables de broyer. Leur taille, disproportionnée par rapport à leur corps, a valu à ces ancêtres des poissons osseux d'être comparés à des tyrannosaures des mers.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Si l'évolution m'était contée
26 Février
Mardi
20:00

Si l'évolution m'était contée

Le vol

La faculté de voler, que le faucon pèlerin maîtrise à la perfection, est sans doute l'exploit le plus incroyable qu'ait permis l'évolution. Ce petit rapace, excellent chasseur à la vue perçante, est capable de foncer à 320 km/h dans les airs et de fondre en piqué sur une proie située à 800 mètres de distance, ce qui en fait l'oiseau le plus rapide du monde. Les insectes, premières créatures à avoir été capables de voler, il y a 350 millions d'années, sont bien loin de voler aussi vite que les vertébrés à plume.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Si l'évolution m'était contée
15 Mars
Vendredi
18:00

Si l'évolution m'était contée

La vitesse

La vitesse du guépard, l'animal terrestre le plus rapide du monde, lui permet de tuer sa proie avec un taux de réussite de 50%. De son côté, le lion, autre grand prédateur de la savane, ne parvient à attraper sa proie qu'une fois sur six. Quelles sont les caractéristiques qui expliquent la vélocité du guépard ? Réponse dans cet épisode qui s'intéresse également à l'espadon voilier, le poisson le plus rapide des mers du globe, et au faucon pèlerin, qui bat tous les records de vitesse dans les airs. Ces trois espèces sont toutes le résultat de l'évolution, il y a cinq millions d'années, des poissons à colonne vertébrale en prédateurs musclés, au profil hydrodynamique, et dotés d'une queue puissante.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Si l'évolution m'était contée
19 Mars
Mardi
20:00

Si l'évolution m'était contée

Le venin

Certains animaux - et pas seulement les serpents, responsables de la mort de 125 00 personnes dans le monde, les scorpions et les araignées - sont dotés de venin, cocktail de protéines toxiques, leur permettant de paralyser ou de tuer une proie ou un agresseur. La morsure du serpent le plus venimeux du monde, le taïpan, qui vit en Australie, distille un poison capable de tuer 60 hommes. Cependant, contre toute attente, le venin le plus dangereux du monde est celui d'escargots marins appelés cônes. Pendant des centaines de millions d'années, les grands prédateurs ont compté sur leur taille, leur rapidité ou leur puissance pour terrasser leurs victimes. L'apparition du venin a permis à des animaux plus petits et moins forts de se défendre et de tuer. Quelles sont les premières créatures à avoir acquis cette arme fatale ? Des recherches scientifiques récentes mettent en évidence que le venin serait apparu partout sur Terre, de manière indépendante, chez les poissons, les reptiles, les insectes et les mammifères.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission

Voir toutes les émissions