Thématiques
Émissions A-Z
T
A-Z
Retour à la liste des émissions

Une autre histoire de l'Amérique par Oliver Stone

Les années 50: Eisenhower, la bombe et le tiers-monde

Une autre histoire de l'Amérique par Oliver Stone

Les années 50: Eisenhower, la bombe et le tiers-monde

Synopsis

Héros de la Seconde Guerre mondiale, élu avec une large majorité à la tête des États-Unis en 1952, le général Eisenhower entend mettre un terme à la guerre de Corée, inutile à ses yeux. Il brandit la menace nucléaire pour clore ce conflit qui a tourné au fiasco pour l'armée américaine. Brillant militaire, Eisenhower entretient des relations amicales avec le général russe Joukov, le sauveur de Moscou en 1941, et entend relancer les relations diplomatiques avec les Soviétiques au lendemain de la mort de Staline, en 1953. Son conseiller et secrétaire d'État, John Foster Dulles, profondément anticommuniste, affiche une position radicalement différente de défiance envers les Russes. Eisenhower se rallie finalement à la ligne dure de Dulles et appelle à la libération du bloc de l'Est. En privé, le président déplore les méthodes appliquées par le sénateur McCarthy, mais il s'abstient de toute critique publique et ne soutient pas son mentor, le général Marshall, quand celui-ci est accusé de trahison pour avoir perdu la Chine au profit des communistes. Il laisse également le champ libre au FBI et à son puissant patron, J. Edgar Hoover. Sous les deux mandats d'Eisenhower, réélu en 1956, la menace rouge n'aura jamais été brandie avec autant de vigueur et la politique de dissuasion nucléaire engendrera une course effrénée à l'armement.

Prochaine diffusion Vendredi 5 Janvier à 10:00 | Durée: 00:00:58

Retour à la liste des émissions
Partager cette émission

Voir aussi

Une autre histoire de l'Amérique par Oliver Stone
1 Janvier
Lundi
10:00

Une autre histoire de l'Amérique par Oliver Stone

La seconde guerre mondiale

Ce premier épisode débute avec le récit du déroulement des derniers tests nucléaires effectués en juillet 1945 dans le cadre du projet Manhattan dirigé par Robert Oppenheimer. Soit à peine un mois avant le lancement des bombes atomiques sur Hiroshima puis Nagasaki. Contrairement à ce qu'avance la version officielle de l'histoire américaine, l'arme nucléaire n'a pas été utilisée pour sauver la vie de jeunes soldats américains sur le front Pacifique, mais pour effectuer une démonstration de force contre l'Union soviétique et marquer la suprématie des États-Unis, première puissance mondiale. La supériorité militaire des États-Unis - une production de 100 000 avions par an côté américain, soit le total des appareils japonais engagés dans le conflit, et un nombre de porte-avions quatre fois plus important - ne pouvait qu'amener le Japon à capituler. Après être revenu sur les événements qui ont conduit à l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale, en 1939, puis à l'engagement dans le conflit, en 1941, des États-Unis - alors que l'opinion publique y fut longtemps opposée -, Oliver Stone revient sur les décisions clés prises par Joseph Staline, Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt pendant le conflit. Décisions qui ont mené à la formation progressive des deux blocs, soviétique et américain. Il rend hommage à l'héroïsme des militaires et des civils soviétiques, qui ont lutté contre un nombre beaucoup plus important de divisions allemandes (100 contre 10) que les armées alliées, et payé le plus lourd tribut (25 millions de morts) pour arracher la victoire contre Hitler. Il évoque aussi le rôle d'une personnalité politique visionnaire et controversée, Henry A. Wallace. Ce fils de riche fermier, ministre de l'agriculture avant de devenir vice-président de Roosevelt lors de son deuxième mandat, de 1941 à 1945, était un homme très progressiste, partisan de l'abolition de la ségrégation raciale et contre la politique d'endiguement du communisme d'Harry Truman, dénonçant en elle le risque d'un \"siècle de peur\".

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Une autre histoire de l'Amérique par Oliver Stone
2 Janvier
Mardi
10:00

Une autre histoire de l'Amérique par Oliver Stone

Roosevelt, Truman et Wallace

Ce deuxième épisode revient plus en détail sur les conférences (de Téhéran, en 1943, et de Yalta, en février 1945) où Winston Churchill, Franklin Roosevelt et Joseph Staline ont préparé la stratégie des Alliés après la guerre à l'égard de l'Europe. En février 1943, le Premier ministre britannique et le président américain se sont rencontrés et ont décidé tous les deux de ne cesser la guerre qu'après la reddition inconditionnelle de l'Allemagne nazie. À la conférence de Yalta, en février 1945, Roosevelt, Staline et Churchill ont abouti au partage de l'Europe de l'après-guerre en quatre zones d'occupation. Oliver Stone revient sur le conflit qui a opposé le très progressiste Henry Wallace, vice-président et proche du président Franklin D. Roosevelt, à Harry Truman, au sujet de la politique de diabolisation des Soviétiques, et des communistes en général. Il montre en quoi la démonstration de force et l'hostilité affichée des États-Unis à l'égard de l'Union soviétique a poussé Staline à former le bloc de l'Est et mené à la guerre froide.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Une autre histoire de l'Amérique par Oliver Stone
3 Janvier
Mercredi
09:59

Une autre histoire de l'Amérique par Oliver Stone

La bombe

Dans cet épisode, Oliver Stone analyse les stratégies militaire et politique qui ont mené au bombardement atomique sur Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945. La bombe A est présentée comme le moyen pour anéantir le potentiel militaire de l'empire du Soleil-Levant par le président Harry Truman qui, comme de nombreux Américains, éprouve beaucoup d'animosité envers les Japonais en raison de l'attaque de Pearl Harbor. Son utilisation n'est en fait que la suite logique de la campagne de bombardements intensifs et très destructeurs visant les villes et les ports nippons, orchestrée par le général LeMay, ainsi que l'opportunité d'effectuer un test nucléaire à échelle réelle. Elle permet également à Harry Truman de se passer de l'aide de l'Union soviétique sur le front Pacifique, qui avait été négociée par Franklin Roosevelt avec Staline en 1943, et de signifier la supériorité militaire des États-Unis sur le dictateur soviétique. Truman ignore que, dès 1941, Staline a obtenu de nombreuses informations sur la fabrication de la bombe A via une taupe britannique dès 1941. Non seulement la méfiance des Soviétiques à l'égard des Américains s'accentue subitement, mais ils n'auront de cesse d'en fabriquer une à leur tour. La bombe nucléaire marque en tout cas le début d'une ère nouvelle, où l'homme possède désormais une arme terrifiante capable d'anéantir la planète entière.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Une autre histoire de l'Amérique par Oliver Stone
4 Janvier
Jeudi
10:00

Une autre histoire de l'Amérique par Oliver Stone

La guerre froide: 1945-1950

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l'économie des États-Unis est en plein essor. Les deux tiers des réserves mondiales d'or appartiennent aux Américains, qui produisent également 50 % des biens de consommation vendus sur la planète. En 1944, à la conférence de Bretton Woods, les États-Unis ont créé le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, deux organismes et piliers du capitalisme dont le rôle est de favoriser la reconstruction et le développement économique des pays touchés par la guerre. En Europe occidentale, les partis communistes rencontrent une grande popularité, ce qui inquiète Harry Truman. Le président américain choisit de durcir le ton à l'encontre de l'Union soviétique, très affaiblie par la guerre et pourtant présentée comme une grande menace auprès de l'opinion publique. En 1946, les relations se dégradent encore un peu plus avec Joseph Staline lorsque le Premier ministre britannique Winston Churchill adopte à son tour une attitude très vindicative. Henry Wallace, vice-président lors du deuxième mandat de Roosevelt et secrétaire d'État au commerce de Truman, seulement soutenu par Albert Einstein et Eleanor Roosevelt, s'oppose à cette politique de fermeté à l'égard du bloc soviétique. Il sera écarté en septembre 1946. La guerre froide s'installe alors pour une longue période entre les blocs de l'Ouest et de l'Est, séparés par un \"rideau de fer\", selon l'expression de Winston Churchill. Aux États-Unis, le sénateur McCarthy ne va pas tarder à lancer une vaste chasse aux sorcières contre les communistes et leurs sympathisants.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission

Voir toutes les émissions