Thématiques
Émissions A-Z
T
A-Z
Retour à la liste des émissions

Faites entrer l'accusé

Thierry Paulin, le tueur de vieilles dames

Faites entrer l 'accusé

Faites entrer l'accusé

Thierry Paulin, le tueur de vieilles dames

Synopsis

Thierry Paulin est l'auteur présumé des meurtres de 21 femmes âgées, à Paris, dans les années 80. Entre octobre et novembre 1984, huit femmes âgées du 18e arrondissement sont agressées et assassinées. Leurs maigres économies sont volées. Le seul mobile semble être l'argent. Entre décembre 1985 et juin 1986, onze autres femmes sont à leur tour retrouvées mortes chez elles. 1987 : la série noire reprend, avec trois nouveaux meurtres de vieilles dames et plusieurs agressions. Mais cette fois-ci, il y a des survivantes. L'une d'entre elles donne aux policiers le signalement de son agresseur. C'est grâce à ce portrait-robot qu'un commissaire de police arrête, par hasard, l'homme que toutes les polices traquent depuis trois ans. Incarcéré à Fleury-Mérogis, Thierry Paulin ne sera jamais jugé. Atteint du sida, il est mort en prison en 1989.

Prochaine diffusion Cette émission n'est plus en diffusion.

Retour à la liste des émissions
Partager cette émission

Voir aussi

Faites entrer l'accusé
21 Septembre
Jeudi
02:00

Faites entrer l'accusé

Les postiches

Dans les années 80, le gang des Postiches dévalise des dizaines de banques en toute impunité. La presse leur donne une image de \"Robins des bois modernes\" et leurs déguisements loufoques amusent le public. Le tout nouveau gouvernement de gauche est soupçonné de bienveillance. Les assurances en ont assez de rembourser les préjudices. Les fabricants de coffres-forts ne trouvent pas de parade… Gaston Deferre, ministre de l’intérieur, prend l’affaire en main. Le 14 mars 84, un \"conseil de guerre\" se tient place Beauvau. Une réunion entre les plus hauts responsables de la police et des banques, pour esquisser une riposte. Au même moment, les Postiches \"cassent des coffres\" à quelques mètres de là… La police met en place une parade anti- Postiches, qui consiste à équiper toutes les banques de systèmes d'alarmes sismiques directement reliées à la PJ… A la moindre alerte, les policiers se rendent sur place… Mais à chaque fois, ils tombent sur de \"faux Postiches\". Les imitateurs prolifèrent et brouillent les pistes… Les vrais postiches, eux, prennent des vacances et profitent de la vie : hôtels de luxe en Thaïlande, Maroc, Asie … Les gangsters narguent la police. Mais le 14 janvier 1986, dans une banque de la rue du Docteur Blanche, dans le 16e, c’est le coup de trop ! L’alarme sismique de la salle des coffres se déclenche. Soixante policiers attendent à la sortie… Le braquage tourne au bain de sang. Bilan : 2 morts. Un policier et un truand. Trois autres policiers sont blessés et un braqueur est capturé : Robert Marguery. Leurs trois complices sont en fuite. La presse parle de bavure et les inspecteurs digèrent mal cet échec. Au quai des Orfèvres, la révolte gronde… La Brigade Criminelle reprend l'enquête. Robert Marguery, arrêté rue Blanche, n’est pas inconnu de la Crim’. En épluchant son CV et en recoupant les indices qu’il a laissé derrière lui, les policiers remontent la filière, jusqu’à un pavillon à Hyères… Le 13 décembre 1986, au petit matin, les hommes du RAID font sauter la porte du pavillon et inondent la maison d’un gaz puissant. L’opération est un succès. La police a enfin mis la main sur les gangsters…

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
22 Septembre
Vendredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Elisabeth Cons-Boutboul, secret de famille

Tout débute comme un conte de fées lorsque Jacques Perrot, avocat en vue et meilleur ami de Laurent Fabius, épouse Darie Boutboul, alors la reine des champs de course. Mais le mariage se délite rapidement et Perrot demande le divorce. Sachant que la garde de son enfant sera difficile à obtenir, l'avocat entame une enquête sur la famille de sa femme. Il apprend que son beau-père prétendument mort est toujours vivant et que sa belle-mère, Marie-Elisabeth Cons-Boutboul, a été radiée du barreau pour une affaire d'escroquerie. C'est alors que Jacques Perrot est retrouvé assassiné de trois balles dans la tête. Marie-Elisabeth Cons-Boutboul devient dès lors la principale suspecte d'une affaire trouble.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
24 Septembre
Dimanche
13:00

Faites entrer l'accusé

Philippe Rivet, l'ambition mortelle

Le 24 novembre 2000, à La Baule, l'explosion d'une bombe au Syndicat intercommunal de la Côte d'Amour et de la presqu'île guérandaise provoque la mort de Jacques Leparoux, un technicien. Christophe Priou, président du Sicapg et maire du Croisic, était la cible de ce colis piégé. Après plusieurs mois d'enquête, les enquêteurs identifient un suspect : Philippe Rivet, un jeune militant politique et rival de Christophe Priou.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
26 Septembre
Mardi
02:00

Faites entrer l'accusé

Geneviève et André Gournier, morts sans ordonnance

André et Geneviève Gournier se sont-ils suicidés le 30 novembre 1999 ou ont-ils été empoisonnés par leur fils avec une injection de Tracrium, une forme de curare utilisée dans les blocs opératoires ? Pour les enquêteurs, cette dernière thèse était la plus crédible. Ils se sont trompés. Après dix ans de marathon judiciaire et une condamnation par les assises de la Loire, Jean-Paul Gournier a finalement été acquitté en 2009 par la cour d'assises du Rhône. La thèse du suicide, techniquement possible, demeure cependant difficile à concevoir. De nombreux témoins et protagonistes de l'enquête évoquent cette affaire complexe.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
27 Septembre
Mercredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Robert Greiner, le pompier criminel

Le 9 décembre 1987, Evelyne Boucher, une lycéenne, a été retrouvée violée puis achevée d'une balle de 22 LR dans un sous-bois. En 1993, six ans après les faits, grâce aux traces biologiques retrouvées sur la victime, la police scientifique isole un ADN. En mai 2002, l'ADN du violeur est versé au Fichier national automatisé des Empreintes génétiques (FNAEG). En 2006, soit 19 ans après le meurtre, il parle enfin ! Cet ADN, c'est celui de Robert Greiner, un pompier de 53 ans. Arrêté, Greiner crie son innocence. Mais devant les assises, l'expertise génétique emporte la conviction des jurés. Greiner finit par concéder qu'il a certainement eu une relation sexuelle avec Evelyne, mais qu'il ne l'a pas tuée. L'accusation balaie l'argument. Robert Greiner est condamné à perpétuité. Le verdict est confirmé en appel.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
28 Septembre
Jeudi
02:00

Faites entrer l'accusé

Jean-Pierre Treiber, l'affaire Giraud / Lherbier

Le 1er novembre 2004, alors qu'elles passent le week-end dans un village de l'Yonne, Katia Lherbier et Géraldine Giraud disparaissent. L'utilisation de leurs cartes bancaires met la police sur la piste de Jean-Pierre Treiber. D'abord accusé de vol et d'enlèvement, ce garde-chasse de 41 ans est mis en examen pour meurtre lorsque les corps des deux jeunes femmes sont retrouvés au fond d'un puisard dans son jardin. Treiber s'est suicidé en 2010, juste avant l'ouverture de son procès.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
29 Septembre
Vendredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Les Frères Konhu, le rocher de Kanumera

Le 6 mai 2002, le corps de Mika Kusama, une touriste japonaise, est retrouvé sur l'île des Pins, en Nouvelle-Calédonie. La jeune femme est défigurée, calcinée et son corps est dissimulé sous des pierres et des branchages. Très vite, les enquêteurs s'intéressent aux deux frères Konhu, propriétaires du terrain où se situe le rocher de Kanumera où a été retrouvée la victime. Didyme et Antoine sont de fait les seules personnes à pouvoir conduire des touristes sur ce fameux rocher. Déjà connus des services de gendarmerie, les deux frères apparaissent vite comme des suspects idéaux.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
1 Octobre
Dimanche
13:00

Faites entrer l'accusé

La tuerie de Saint Andéol

Le 30 mai 1995, à Saint-Andéol-le-Château, dans le Rhône, la maison de Vincent et Odette Bébien est ravagée par un gigantesque incendie. Les voisins donnent l'alerte. Les pompiers découvrent les cadavres de Vincent et Odette ainsi que ceux de Vincent-Salvador et Aline, deux de leurs enfants. Une enquête est ouverte. Le médecin légiste établit que les Bébien ont été tués par balles, avant même le départ des flammes. Les policiers, qui reconstituent l'emploi du temps de la petite famille, sont persuadés que le meurtrier connaissait parfaitement leurs habitudes.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
3 Octobre
Mardi
02:00

Faites entrer l'accusé

Joël Matencio, le groupe 666

Durant l'été 1976, une véritable psychose règne sur la région de Grenoble. Un groupe terroriste, faction des Brigades rouges, le Groupe 666, enlève et revendique. D'abord un chauffeur de car, Christian, puis une jeune mère célibataire, Muriel. Les mystérieux correspondants réclament 350 millions de francs. Les policiers apprennent très vite que Christian et Muriel sont amants et s'interrogent : et si tout cela n'était qu'un coup monté par les kidnappés eux-mêmes, pour se faire de l'argent facile ? Un mois plus tard, une autre lettre revendique un troisième enlèvement. Celui d'une jeune femme : Olga. Dès lors, une seule priorité : retrouver les otages vivants et mettre le Groupe 666 hors d'état de nuire. Car plus le temps passe, plus ses revendications sont farfelues. Retour sur toute l'affaire qui, en son temps, défraya la chronique.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
6 Octobre
Vendredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Raoul Becquerel, l'homme qui enlevait les femmes

Le 29 août 2004, une jeune femme porte plainte pour agression au commissariat de Poitiers. A Angoulême, elle a été enlevée et séquestrée par un homme qui l'a violée. Les policiers font le rapprochement avec le viol d'une Bordelaise, en 2001. A l'époque, l'agresseur avait pu être identifié : Raoul Becquerel. L'homme devait être jugé mais, en septembre 2004, il ne s'est pas présenté à son procès à cause d'une erreur de procédure. Raoul Becquerel a désormais tous les gendarmes de France à ses trousses. Après deux nouvelles agressions, il est arrêté par les gendarmes d'une patrouille d'autoroute, qui croient mettre la main sur un voleur de voitures. Raoul Becquerel a été condamné en mars 2008, devant la cour d'assises de Beauvais, à la réclusion criminelle à perpétuité.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
8 Octobre
Dimanche
13:00

Faites entrer l'accusé

Muller contre Muller

Un soir de novembre 1999, la brigade de recherches de Bouxwiller, dans le Bas-Rhin, reçoit un appel du docteur Jean-Louis Muller. L'homme leur annonce d'une voix blanche que sa femme vient de se suicider. Trente minutes plus tard, les gendarmes arrivent dans le pavillon du couple et découvrent Brigitte baignant dans une mare de sang. À ses pieds, un 357 Magnum. Les enquêteurs s'interrogent : qu'est-ce qu i a pu pousser cette femme de 42 ans, apparemment heureuse, a-t-elle pu mettre fin à ses jours ?

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
10 Octobre
Mardi
02:00

Faites entrer l'accusé

Rémy Roy, l'assassin du Minitel

Gilbert Duquesnoy, connu en tant que «mage Nathaniel», son nom d'astrologue, a été retrouvé mort le 22 octobre 1990 dans sa maison de Champigny-sur-Marne. La police apprend que la PJ de Versailles enquête sur une affaire similaire. Paul Bernard, un homosexuel, a été assassiné dans l'Essonne. Le 8 octobre 1991, un autre gay est agressé à Villeneuve-Saint-Georges. Blessé, il raconte qu'il a rencontré son agresseur sur une messagerie. Les enquêteurs remontent la piste de Rémy Roy, un père de famille inconnu des services de police. En garde à vue, il se pose en victime : il n'a jamais voulu tuer, ces hommes lui ont fait des avances au cours de rendez-vous qu'il pensait professionnels, il n'est pas gay. Rémy Roy est envoyé devant la cour d'assises du Val-de-Marne le 26 juin 1996. Il écope de la réclusion criminelle à perpétuité.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
11 Octobre
Mercredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Duel sous les tropiques

A la fin des années 1990, Orlando Capozzi se lance dans l'immobilier dans les Caraïbes. Un projet gigantesque l'oblige à s'associer en 2000 avec Michel Malon, un autre Français. Quand Capozzi commence à soupçonner Malon de l'arnaquer, la situation s'envenime. Le 15 septembre 2003, Orlando Capozzi est abattu de trois balles dans sa voiture à Cassis. La police soupçonne Michel Malon et deux de ses complices, Christian Spadoni et Yves Giustiniani. Malon, Spadoni et Giustiniani se retrouvent devant la cour d'assises d'Aix-en-Provence. Spadoni assume toute la responsabilité du crime. Giustiniani écope de huit ans de prison, Spadoni de vingt et Michel Malon est acquitté. Le parquet fait immédiatement appel. En novembre 2010, Yves Giustiniani est condamné à dix ans de réclusion criminelle, Michel Malon à quinze ans.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
11 Octobre
Mercredi
21:00

Faites entrer l'accusé

Chantal Ternik, variations sur un suicide

3 avril 2003. Les fils de Chantal Ternik la découvrent pendue dans sa villa de Sanary-sur-Mer. Mère de famille, elle souffrait de profonds épisodes dépressifs. Le médecin légiste n'ayant relevé aucun élément suspect, l'enquête conclut rapidement au suicide. Mais pour le père et le frère de Chantal, cela ne tient pas. Ils sont convaincus que quelqu'un l'a poussée à se supprimer, ou bien a maquillé un crime en suicide.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
12 Octobre
Jeudi
02:00

Faites entrer l'accusé

Béatrice Edouin, femme fatale

En 1998, Béatrice Edouin séduit Claude Bichet, patron d'une société de déménagement à Beausoleil, près de Monaco. Il quitte sa femme pour suivre sa maîtresse et vit avec elle une histoire aussi passionnée qu'orageuse. Le 10 avril 2001, Claude disparaît. Sa famille est persuadée que Béatrice a voulu le supprimer. Ce que l'enquête ne tarde pas à démontrer, notamment grâce au témoignage d'un proche de la victime à qui la suspecte s'est confiée lors d'une soirée en boîte de nuit.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
13 Octobre
Vendredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Florence Rey, Audry Maupin, tueurs nés ?

En octobre 1994, à Paris, Florence Rey et Audry Maupin, la vingtaine, deux jeunes amants de bonne famille, dérobent des armes à la pré-fourrière de la porte de Pantin avant d'être arrêtés place de la Nation à bord d'un taxi qu'ils ont pris en otage. Une fusillade éclate : le chauffeur de taxi et deux policiers sont tués. Le couple parvient à prendre la fuite en prenant un autre automobiliste en otage. A Vincennes, un motard qui les suivait est abattu. Un autre tire sur Maupin et le tue. Arrêtée, Florence Rey est condamnée à vingt ans de réclusion criminelle. Pierre Ottavi, alors chef de la sécurité publique, et Philippe Massoni, ancien préfet de police, reviennent sur l'affaire. Le père d'Audry accepte également de parler de son fils et du drame.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
15 Octobre
Dimanche
13:02

Faites entrer l'accusé

Christophe Khider, l'évasion pour obsession

Auteur d'une dizaine braquages, Christophe Khider est aussi connu pour ses spectaculaires tentatives d'évasion, dont une de la prison de Fresnes en hélicoptère, et une échappée retentissante, aux explosifs, de la centrale la plus sécurisée d'Europe. Son nom est également associé à un homicide, celui d'un homme d'affaires de 52 ans, William Masiha, abattu entre deux entrepôts au nord de Paris lors d'une cavale. Khider, lui, a toujours affirmé qu'il s'agissait d'un tragique accident. Le coup de feu serait parti tout seul alors qu'il tentait de s'emparer de la voiture de Masiha.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
17 Octobre
Mardi
02:00

Faites entrer l'accusé

Human Bomb, prise d'otages à la maternelle

Le 15 mai 1993, un peu avant 7h du matin, deux commandos de l’unité d’élite du RAID sont à l’école maternelle du Commandant Charcot, à Neuilly. Trois balles atteignent l’homme couché au sol, sa mort est instantanée. Sa “neutralisation” est l’épilogue d’une terrible prise d’otages qui a mobilisé les médias et angoissé la France entière.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
18 Octobre
Mercredi
02:00

Faites entrer l'accusé

La disparition du Pasteur Doucé

Jeudi 19 juillet 1990. Joseph Doucé, pasteur homosexuel des marginaux, des transsexuels, des sadomasochistes et aussi des pédophiles, - qu'il accueille au «Centre du Christ libérateur», un lieu de réconciliation pour les exclus du christianisme -, rentre chez lui, où il est attendu par son compagnon, Guy Bondar. Une heure plus tard, il est emmené par deux policiers. Il ne reviendra jamais. Treize jours après sa disparition, les journaux révèlent que Joseph Doucé était suivi par les Renseignements Généraux. Ils parlent de «réseaux pédophiles» et s'interrogent sur ceux qui auraient eu de bonnes raisons de vouloir le faire disparaître. On dit que Joseph Doucé aurait possédé un fichier de près de 10 000 noms. Des personnalités du monde politique et du show-business y auraient figuré.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
18 Octobre
Mercredi
21:00

Faites entrer l'accusé

La disparition de Christophe Dalmasso

À 34 ans, Christophe Dalmasso possède des biens immobiliers sur la Côte d'Azur et en Corse, une concession automobile qui tourne bien... Mais ce redoutable et riche homme d'affaires cannois disparaît mystérieusement en septembre 2003. Sa voiture est retrouvée carbonisée en bord de mer. Les suspects défilent devant les policiers : la fille de Dalmasso, des Tunisiens, un danseur de rue brésilien spécialiste de capoeira…Ce dernier, accusé du meurtre, prend la fuite. Son procès s'ouvre en mars 2013 en son absence.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
19 Octobre
Jeudi
02:00

Faites entrer l'accusé

Alfredo Stranieri, voleur de vies

Un quadruple meurtre et une tentative d'homicide, doublés d'escroqueries et de recels : le parcours d'Alfredo Stranieri est truffé d'arnaques en tout genre et d'un goût très sûr pour les changements d'identité. Rien ne le destinait, pourtant, à devenir un tueur en série, lui qui a accompli toute sa vie des coups en douce. Repéré par la justice, Alfredo Stranieri a été accusé d'avoir assassiné deux couples dont il a repris les affaires pour les gérer ensuite frauduleusement, et d'avoir tenté de tuer le propriétaire d'une Jaguar qu'il convoitait. En 2003, Alfredo Stranieri a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans. Retour sur une affaire qui, si elle a mis du temps à être dévoilée, a ensuite défrayé la chronique.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
20 Octobre
Vendredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Pierre Dubois, meurtre au collège

Le 21 avril 1993, la principale du collège Pierre Brossolette, à Troyes, est retrouvée morte dans son bureau. Denise Descaves gît allongée sur le dos, étranglée avec le cordon de son téléphone, un coupe-papier planté dans l'abdomen. Les policiers fouillent les lieux. Dans une poubelle, ils retrouvent une copie déchirée d'un rapport accablant mettant en cause les manquements de son principal adjoint, Pierre Dubois. Interrogés, les proches de la victime confirment que Pierre Dubois était connu pour ses relations houleuses avec sa supérieure. Placé en garde à vue, Pierre Dubois avoue le meurtre, avant de se rétracter et d'être remis en liberté. Ses aveux ne concordent pas dans les détails avec les constatations des enquêteurs. Mais quatre ans plus tard, en avril 1997, à la suite de nouvelles expertises, Pierre Dubois est interpellé.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
23 Août
Mercredi
22:33

Faites entrer l'accusé

Antonio Ferrara, la grande évasion

Le 12 mars 2003, une série d'explosions réveille le quartier de la prison de Fresnes. Les miradors sont pris sous le feu d'un commando d'une douzaine d'hommes munis d'armes de guerre. Ils viennent délivrer un détenu, Antonio Ferrara, dit Nino, 30 ans, fiché au grand banditisme. Mais la cavale de Ferrara sera brève : il est arrêté quatre mois après sa spectaculaire évasion. Son procès, en 2008, est marqué par ses réparties, ses numéros de charme et une bagarre générale. Il est condamné à dix-sept ans de prison, réduits à douze en appel.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
26 Août
Samedi
11:00

Faites entrer l'accusé

Antonio Ferrara, la grande évasion

Le 12 mars 2003, une série d'explosions réveille le quartier de la prison de Fresnes. Les miradors sont pris sous le feu d'un commando d'une douzaine d'hommes munis d'armes de guerre. Ils viennent délivrer un détenu, Antonio Ferrara, dit Nino, 30 ans, fiché au grand banditisme. Mais la cavale de Ferrara sera brève : il est arrêté quatre mois après sa spectaculaire évasion. Son procès, en 2008, est marqué par ses réparties, ses numéros de charme et une bagarre générale. Il est condamné à dix-sept ans de prison, réduits à douze en appel.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
27 Août
Dimanche
13:00

Faites entrer l'accusé

Henri Pacchioni, pour les yeux d'Emilie

Le 29 mai 1989, la mère de Michèle Moriame signale la disparition de sa fille âgée de 32 ans au commissariat de Marignane. Elle n'a plus de nouvelles depuis deux mois. Mère d'une petite fille handicapée mentale, Emilie, Michèle Moriame était séparée du père, Henri Pacchioni et s'apprêtait à épouser son nouveau compagnon. Les soupçons des enquêteurs se portent immédiatement sur l'ex-conjoint avec qui la disparue entretenait une relation houleuse. Ce dernier ne tarde pas à passer aux aveux.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
28 Août
Lundi
00:30

Faites entrer l'accusé

Antonio Ferrara, la grande évasion

Le 12 mars 2003, une série d'explosions réveille le quartier de la prison de Fresnes. Les miradors sont pris sous le feu d'un commando d'une douzaine d'hommes munis d'armes de guerre. Ils viennent délivrer un détenu, Antonio Ferrara, dit Nino, 30 ans, fiché au grand banditisme. Mais la cavale de Ferrara sera brève : il est arrêté quatre mois après sa spectaculaire évasion. Son procès, en 2008, est marqué par ses réparties, ses numéros de charme et une bagarre générale. Il est condamné à dix-sept ans de prison, réduits à douze en appel.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
28 Août
Lundi
00:30

Faites entrer l'accusé

Antonio Ferrara, la grande évasion

Le 12 mars 2003, une série d'explosions réveille le quartier de la prison de Fresnes. Les miradors sont pris sous le feu d'un commando d'une douzaine d'hommes munis d'armes de guerre. Ils viennent délivrer un détenu, Antonio Ferrara, dit Nino, 30 ans, fiché au grand banditisme. Mais la cavale de Ferrara sera brève : il est arrêté quatre mois après sa spectaculaire évasion. Son procès, en 2008, est marqué par ses réparties, ses numéros de charme et une bagarre générale. Il est condamné à dix-sept ans de prison, réduits à douze en appel.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
30 Août
Mercredi
22:30

Faites entrer l'accusé

Le pacte de sang

Le 16 avril 1997, le corps d'un homme est retrouvé dans un parc d'Amsterdam, lardé de coups de couteau. La police découvre qu'il s'agit de José Martins, un Français d'origine portugaise. Un témoignage met la brigade criminelle sur la piste d'une série d'exécutions. Peu à peu, les policiers rassemblent les pièces d'un puzzle macabre qui va les mener à Fafe, au Portugal. Tout a commencé là, en 1994, quand une riche notable a commandité le meurtre de son mari.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
2 Septembre
Samedi
11:00

Faites entrer l'accusé

Le pacte de sang

Le 16 avril 1997, le corps d'un homme est retrouvé dans un parc d'Amsterdam, lardé de coups de couteau. La police découvre qu'il s'agit de José Martins, un Français d'origine portugaise. Un témoignage met la brigade criminelle sur la piste d'une série d'exécutions. Peu à peu, les policiers rassemblent les pièces d'un puzzle macabre qui va les mener à Fafe, au Portugal. Tout a commencé là, en 1994, quand une riche notable a commandité le meurtre de son mari.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
3 Septembre
Dimanche
13:00

Faites entrer l'accusé

Antonio Ferrara, la grande évasion

Le 12 mars 2003, une série d'explosions réveille le quartier de la prison de Fresnes. Les miradors sont pris sous le feu d'un commando d'une douzaine d'hommes munis d'armes de guerre. Ils viennent délivrer un détenu, Antonio Ferrara, dit Nino, 30 ans, fiché au grand banditisme. Mais la cavale de Ferrara sera brève : il est arrêté quatre mois après sa spectaculaire évasion. Son procès, en 2008, est marqué par ses réparties, ses numéros de charme et une bagarre générale. Il est condamné à dix-sept ans de prison, réduits à douze en appel.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
4 Septembre
Lundi
00:30

Faites entrer l'accusé

Le pacte de sang

Le 16 avril 1997, le corps d'un homme est retrouvé dans un parc d'Amsterdam, lardé de coups de couteau. La police découvre qu'il s'agit de José Martins, un Français d'origine portugaise. Un témoignage met la brigade criminelle sur la piste d'une série d'exécutions. Peu à peu, les policiers rassemblent les pièces d'un puzzle macabre qui va les mener à Fafe, au Portugal. Tout a commencé là, en 1994, quand une riche notable a commandité le meurtre de son mari.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
5 Septembre
Mardi
02:00

Faites entrer l'accusé

Ulrich Muenstermann, l'homme qui avait peur des femmes

En mai 1989, Sylvie Bâton, 24 ans, est retrouvée morte dans sa baignoire, les poignets et les chevilles attachés, le visage déformé par les coups. L'étudiante en lettres domiciliée à Sauvigny-le-Bois, dans l'Yonne, a été violée, frappée et étouffée dans la maison de gardien qu'elle occupait avec son petit ami. Son frère est placé sous surveillance par les gendarmes mais il est vite innocenté. L'ancien locataire, qui avait gardé une clef, est lui aussi soupçonné avant d'être à son tour mis hors de cause. Les enquêteurs étudient la piste d'un tueur en série.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
6 Septembre
Mercredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Le magot de Marcelle Bouvard

Le 16 avril 2006, dimanche de Pâques, des gendarmes se rendent chez Marcelle Bouvard, une vieille dame qui habite le petit village de Ladoix-Serrigny, en Bourgogne, pour lui rapporter son portefeuille. Trouvant porte close, la patrouille s’apprête à repartir lorsqu’elle remarque que le garage est entrouvert. A l’intérieur, la septuagénaire gît sur le sol. Sa tête est ensanglantée. L’autopsie révèle que la victime a été violemment frappée avec un objet contondant.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
6 Septembre
Mercredi
22:30

Faites entrer l'accusé

L'assassinat du petit Grégory

Le 16 octobre 1984, un enfant de 4 ans, Grégory, était jeté pieds et poings liés dans une rivière, à Lépanges, dans les Vosges. Un mystérieux correspondant anonyme revendiquait alors ce crime commis par vengeance. L'énigme allait passionner l'opinion et déchaîner les médias. Deux interprétations allaient se disputer la faveur des journalistes, à défaut de celle de la justice : l'assassin serait l'oncle de l'enfant ou la mère elle-même, Christine Villemin. Au bout du compte, si l'on fait abstraction du drame vécu par les parents - mais le peut-on vraiment ? -, l'affaire Grégory restera dans la mémoire comme une forme moderne de procès en sorcellerie et un cas exemplaire de surenchère médiatique. Gros plan, vingt ans après les faits.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
7 Septembre
Jeudi
02:10

Faites entrer l'accusé

Robert Le Dinh, le Saint élu et ses adeptes

Robert Le Dinh, dit Tang ou encore le «grand consolateur» ou le «Saint Elu», est un homme qui a de l'assurance, du bagou, du charisme. Pour ses amis, une cinquantaine de fidèles qui l'ont suivi jusque dans un petit village de l'Ariège, il était le nouveau messie. Pour lui, ils ont travaillé sans relâche, acceptant les privations et les dons généreux telles «la dîme au roi», cet impôt qu'ils versent tous les mois à Tang. Pendant des années, adultes et enfants ont suivi son enseignement et ses prédictions. Le 30 avril 2007, un couple a osé briser le silence, détaillant comment, pendant plus de vingt ans, ils ont obéi aveuglément.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
8 Septembre
Vendredi
02:00

Faites entrer l'accusé

François Légeret, Noël tragique à Vevey

Le 4 janvier 2006, Ruth Légeret et Marina Studer sont retrouvées mortes au sous-sol d'une villa de Vevey, en Suisse. Le drame remonte visiblement à plusieurs jours. Et si rien n'a été volé dans la maison, Marie-José, la fille de Ruth, semble avoir disparu. Retour sur une affaire complexe, en compagnie de proches des victimes et de policiers, qui a conduit à la condamnation à la réclusion à perpétuité du fils adoptif de Ruth Légeret.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
9 Septembre
Samedi
11:00

Faites entrer l'accusé

L'assassinat du petit Grégory

Le 16 octobre 1984, un enfant de 4 ans, Grégory, était jeté pieds et poings liés dans une rivière, à Lépanges, dans les Vosges. Un mystérieux correspondant anonyme revendiquait alors ce crime commis par vengeance. L'énigme allait passionner l'opinion et déchaîner les médias. Deux interprétations allaient se disputer la faveur des journalistes, à défaut de celle de la justice : l'assassin serait l'oncle de l'enfant ou la mère elle-même, Christine Villemin. Au bout du compte, si l'on fait abstraction du drame vécu par les parents - mais le peut-on vraiment ? -, l'affaire Grégory restera dans la mémoire comme une forme moderne de procès en sorcellerie et un cas exemplaire de surenchère médiatique. Gros plan, vingt ans après les faits.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
10 Septembre
Dimanche
13:00

Faites entrer l'accusé

Le pacte de sang

Le 16 avril 1997, le corps d'un homme est retrouvé dans un parc d'Amsterdam, lardé de coups de couteau. La police découvre qu'il s'agit de José Martins, un Français d'origine portugaise. Un témoignage met la brigade criminelle sur la piste d'une série d'exécutions. Peu à peu, les policiers rassemblent les pièces d'un puzzle macabre qui va les mener à Fafe, au Portugal. Tout a commencé là, en 1994, quand une riche notable a commandité le meurtre de son mari.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
11 Septembre
Lundi
00:30

Faites entrer l'accusé

L'assassinat du petit Grégory

Le 16 octobre 1984, un enfant de 4 ans, Grégory, était jeté pieds et poings liés dans une rivière, à Lépanges, dans les Vosges. Un mystérieux correspondant anonyme revendiquait alors ce crime commis par vengeance. L'énigme allait passionner l'opinion et déchaîner les médias. Deux interprétations allaient se disputer la faveur des journalistes, à défaut de celle de la justice : l'assassin serait l'oncle de l'enfant ou la mère elle-même, Christine Villemin. Au bout du compte, si l'on fait abstraction du drame vécu par les parents - mais le peut-on vraiment ? -, l'affaire Grégory restera dans la mémoire comme une forme moderne de procès en sorcellerie et un cas exemplaire de surenchère médiatique. Gros plan, vingt ans après les faits.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
17 Septembre
Dimanche
13:00

Faites entrer l'accusé

L'assassinat du petit Grégory

Le 16 octobre 1984, un enfant de 4 ans, Grégory, était jeté pieds et poings liés dans une rivière, à Lépanges, dans les Vosges. Un mystérieux correspondant anonyme revendiquait alors ce crime commis par vengeance. L'énigme allait passionner l'opinion et déchaîner les médias. Deux interprétations allaient se disputer la faveur des journalistes, à défaut de celle de la justice : l'assassin serait l'oncle de l'enfant ou la mère elle-même, Christine Villemin. Au bout du compte, si l'on fait abstraction du drame vécu par les parents - mais le peut-on vraiment ? -, l'affaire Grégory restera dans la mémoire comme une forme moderne de procès en sorcellerie et un cas exemplaire de surenchère médiatique. Gros plan, vingt ans après les faits.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
19 Septembre
Mardi
02:04

Faites entrer l'accusé

L'assassinat du juge Michel

Le 21 octobre 1981, Pierre Michel, 38 ans, premier juge d'instruction à Marseille est abattu par deux tueurs alors qu'il regagnait son domicile. Trois coups de feu, à bout portant. Une exécution à la “Marseillaise”. L'histoire du juge Michel, c'est l'histoire d'un homme en guerre contre les barons de la drogue de la “French connexion”. C'est aussi l'histoire des “grands flics” qui, pendant plus de dix ans, vont tout mettre en œuvre pour mettre les assassins du juge sous les verrous. Les caïds marseillais ne manquaient pas de raisons pour vouloir la peau de Pierre Michel. Mais une affaire intéresse plus particulièrement les inspecteurs. Le 8 juillet 1981, un laboratoire de fabrication d'héroïne est démantelé à Saint-Maximin, dans le Var, sous la direction du juge Michel. Une dizaine de personnes sont inculpées, dont Homère Filippi et Marc Chambault. Au domicile de Marc Chambault on trouve un nom et une adresse : celle de Gaëtan Zampa. Le juge Michel veut la peau de Zampa depuis longtemps, alors il va tout faire pour obtenir les aveux de Chambault. Il convoque le criminel dans son bureau pour le 23 octobre 1981. Mais Pierre Michel ne pourra se rendre à ce rendez-vous : il est abattu deux jours avant. Pour les enquêteurs, Zampa devient donc le suspect n° 1. Il est arrêté le 27 décembre 1983. Le 16 août 1984, Zampa est retrouvé pendu dans sa cellule à la maison d'arrêt des Baumettes. Au printemps 1986, deux truands Français, Philippe Wiesgrill et François Scapula, sont arrêtés en Suisse pour une grosse affaire de drogue. Ils risquent de fortes peines de prison et veulent passer un accord avec la justice suisse : ils sont prêts à donner les noms des assassins du juge Michel. François Checchi, disent-il, est le tueur et Charles Altiéri, le conducteur de la moto. Les commanditaires de l'assassinat sont François Girard et Homère Philippi. Au terme de deux procès, où vont défiler le ban et l'arrière-ban du milieu marseillais, ces hommes seront tous condamnés à perpétuité. Mais le mystère est-il pour autant résolu ? Philippi, en cavale, n'a jamais comparu devant les juges. Girard et Altièri, aujourd'hui encore, se disent innocents. Quant au rôle de Zampa dans la mort de Pierre Michel, il ne sera jamais établi.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Afficher +

Voir toutes les émissions