Infolettre
Émissions A-Z
Info
A-Z
Retour à la liste des émissions

Les présidents et Dieu

Partie 1

Les présidents et Dieu

Partie 1

Réalisateur :

Bernard De La Villardière, Marc Tronchot

Synopsis

De la pilule contraceptive au mariage pour tous en passant par l’interruption volontaire de grossesse, la place de l’enseignement privé ou l’accompagnement de la fin de vie, nombreux sont les sujets dits de société qui ont fait se croiser le politique et le religieux. Jusqu’au plus haut niveau. Tous les présidents de la Vème République en ont fait l’expérience, parfois à leur détriment. Comme ils ont tous été confrontés à la recherche de cet équilibre subtil entre la laïcité républicaine dont ils étaient garants et la dimension spirituelle défendue par une portion non négligeable du pays qui les avait élus. Certains ont également dû composer sur des registres inédits et gérer au mieux l’irruption de phénomènes imprévisibles quelques années plus tôt. Les questions touchant à la montée du communautarisme, à l’accueil des immigrés, au port du voile, aux racines religieuses de l’Europe sont ainsi apparues progressivement dans le paysage français et par voie de conséquence sur la parole présidentielles et sur les ordres du jour de conseils des ministres. Sans parler de l’émancipation du corps épiscopal, interlocuteur passif dans les premières années de la République et qui, à compter des années 80 grâce à des hommes comme Monseigneur Lustiger, installe à nouveau l’Eglise dans la liste des interlocuteurs incontournables de l’Elysée. On y ajoutera la prise en compte par les présidents républicains d’électorats catholiques, juifs ou musulmans notamment en période pré-électorale.\ Sur le plan international, l’évolution de l’Eglise catholique post Vatican II, l’apparition d’un pape médiatique venu de l’Est, l’irruption du terrorisme, les guerres au Moyen-Orient, la permanence du conflit israélo-arabe pour ne citer que ces quelques exemples ont souvent contraint nos dirigeants à intégrer le fait religieux dans le cours de la diplomatie. Au fait religieux, les présidents ont répondu chacun de manière différente en fonction de leur personnalité, de leur éducation et du contexte politique. Sans cesse, qu’on le veuille ou non, l’intime interfère avec l’action publique. Dans ces deux films de 52 minutes nous revisiterons l’histoire de la Vème République à travers ce prisme de la relation au divin des présidents. Revendiquée, retenue ou inavouée. France, documentaire, histoire, Paris

Prochaine diffusion Cette émission n'est plus en diffusion.

Voir aussi

Les présidents et Dieu
2 Octobre
Vendredi
22:00

Les présidents et Dieu

Partie 2

De la pilule contraceptive au mariage pour tous en passant par l’interruption volontaire de grossesse, la place de l’enseignement privé ou l’accompagnement de la fin de vie, nombreux sont les sujets dits de société qui ont fait se croiser le politique et le religieux. Jusqu’au plus haut niveau. Tous les présidents de la Vème République en ont fait l’expérience, parfois à leur détriment. Comme ils ont tous été confrontés à la recherche de cet équilibre subtil entre la laïcité républicaine dont ils étaient garants et la dimension spirituelle défendue par une portion non négligeable du pays qui les avait élus. Certains ont également dû composer sur des registres inédits et gérer au mieux l’irruption de phénomènes imprévisibles quelques années plus tôt. Les questions touchant à la montée du communautarisme, à l’accueil des immigrés, au port du voile, aux racines religieuses de l’Europe sont ainsi apparues progressivement dans le paysage français et par voie de conséquence sur la parole présidentielles et sur les ordres du jour de conseils des ministres. Sans parler de l’émancipation du corps épiscopal, interlocuteur passif dans les premières années de la République et qui, à compter des années 80 grâce à des hommes comme Monseigneur Lustiger, installe à nouveau l’Eglise dans la liste des interlocuteurs incontournables de l’Elysée. On y ajoutera la prise en compte par les présidents républicains d’électorats catholiques, juifs ou musulmans notamment en période pré-électorale.\ Sur le plan international, l’évolution de l’Eglise catholique post Vatican II, l’apparition d’un pape médiatique venu de l’Est, l’irruption du terrorisme, les guerres au Moyen-Orient, la permanence du conflit israélo-arabe pour ne citer que ces quelques exemples ont souvent contraint nos dirigeants à intégrer le fait religieux dans le cours de la diplomatie. Au fait religieux, les présidents ont répondu chacun de manière différente en fonction de leur personnalité, de leur éducation et du contexte politique. Sans cesse, qu’on le veuille ou non, l’intime interfère avec l’action publique. Dans ces deux films de 52 minutes nous revisiterons l’histoire de la Vème République à travers ce prisme de la relation au divin des présidents. Revendiquée, retenue ou inavouée. documentaire, France, révolution, Paris

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Les présidents et Dieu
6 Octobre
Mardi
01:00

Les présidents et Dieu

Partie 2

De la pilule contraceptive au mariage pour tous en passant par l’interruption volontaire de grossesse, la place de l’enseignement privé ou l’accompagnement de la fin de vie, nombreux sont les sujets dits de société qui ont fait se croiser le politique et le religieux. Jusqu’au plus haut niveau. Tous les présidents de la Vème République en ont fait l’expérience, parfois à leur détriment. Comme ils ont tous été confrontés à la recherche de cet équilibre subtil entre la laïcité républicaine dont ils étaient garants et la dimension spirituelle défendue par une portion non négligeable du pays qui les avait élus. Certains ont également dû composer sur des registres inédits et gérer au mieux l’irruption de phénomènes imprévisibles quelques années plus tôt. Les questions touchant à la montée du communautarisme, à l’accueil des immigrés, au port du voile, aux racines religieuses de l’Europe sont ainsi apparues progressivement dans le paysage français et par voie de conséquence sur la parole présidentielles et sur les ordres du jour de conseils des ministres. Sans parler de l’émancipation du corps épiscopal, interlocuteur passif dans les premières années de la République et qui, à compter des années 80 grâce à des hommes comme Monseigneur Lustiger, installe à nouveau l’Eglise dans la liste des interlocuteurs incontournables de l’Elysée. On y ajoutera la prise en compte par les présidents républicains d’électorats catholiques, juifs ou musulmans notamment en période pré-électorale.\ Sur le plan international, l’évolution de l’Eglise catholique post Vatican II, l’apparition d’un pape médiatique venu de l’Est, l’irruption du terrorisme, les guerres au Moyen-Orient, la permanence du conflit israélo-arabe pour ne citer que ces quelques exemples ont souvent contraint nos dirigeants à intégrer le fait religieux dans le cours de la diplomatie. Au fait religieux, les présidents ont répondu chacun de manière différente en fonction de leur personnalité, de leur éducation et du contexte politique. Sans cesse, qu’on le veuille ou non, l’intime interfère avec l’action publique. Dans ces deux films de 52 minutes nous revisiterons l’histoire de la Vème République à travers ce prisme de la relation au divin des présidents. Revendiquée, retenue ou inavouée. documentaire, France, révolution, Paris

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Les présidents et Dieu
8 Octobre
Jeudi
16:00

Les présidents et Dieu

Partie 2

De la pilule contraceptive au mariage pour tous en passant par l’interruption volontaire de grossesse, la place de l’enseignement privé ou l’accompagnement de la fin de vie, nombreux sont les sujets dits de société qui ont fait se croiser le politique et le religieux. Jusqu’au plus haut niveau. Tous les présidents de la Vème République en ont fait l’expérience, parfois à leur détriment. Comme ils ont tous été confrontés à la recherche de cet équilibre subtil entre la laïcité républicaine dont ils étaient garants et la dimension spirituelle défendue par une portion non négligeable du pays qui les avait élus. Certains ont également dû composer sur des registres inédits et gérer au mieux l’irruption de phénomènes imprévisibles quelques années plus tôt. Les questions touchant à la montée du communautarisme, à l’accueil des immigrés, au port du voile, aux racines religieuses de l’Europe sont ainsi apparues progressivement dans le paysage français et par voie de conséquence sur la parole présidentielles et sur les ordres du jour de conseils des ministres. Sans parler de l’émancipation du corps épiscopal, interlocuteur passif dans les premières années de la République et qui, à compter des années 80 grâce à des hommes comme Monseigneur Lustiger, installe à nouveau l’Eglise dans la liste des interlocuteurs incontournables de l’Elysée. On y ajoutera la prise en compte par les présidents républicains d’électorats catholiques, juifs ou musulmans notamment en période pré-électorale.\ Sur le plan international, l’évolution de l’Eglise catholique post Vatican II, l’apparition d’un pape médiatique venu de l’Est, l’irruption du terrorisme, les guerres au Moyen-Orient, la permanence du conflit israélo-arabe pour ne citer que ces quelques exemples ont souvent contraint nos dirigeants à intégrer le fait religieux dans le cours de la diplomatie. Au fait religieux, les présidents ont répondu chacun de manière différente en fonction de leur personnalité, de leur éducation et du contexte politique. Sans cesse, qu’on le veuille ou non, l’intime interfère avec l’action publique. Dans ces deux films de 52 minutes nous revisiterons l’histoire de la Vème République à travers ce prisme de la relation au divin des présidents. Revendiquée, retenue ou inavouée. documentaire, France, révolution, Paris

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Les présidents et Dieu
12 Octobre
Lundi
08:30

Les présidents et Dieu

Partie 2

De la pilule contraceptive au mariage pour tous en passant par l’interruption volontaire de grossesse, la place de l’enseignement privé ou l’accompagnement de la fin de vie, nombreux sont les sujets dits de société qui ont fait se croiser le politique et le religieux. Jusqu’au plus haut niveau. Tous les présidents de la Vème République en ont fait l’expérience, parfois à leur détriment. Comme ils ont tous été confrontés à la recherche de cet équilibre subtil entre la laïcité républicaine dont ils étaient garants et la dimension spirituelle défendue par une portion non négligeable du pays qui les avait élus. Certains ont également dû composer sur des registres inédits et gérer au mieux l’irruption de phénomènes imprévisibles quelques années plus tôt. Les questions touchant à la montée du communautarisme, à l’accueil des immigrés, au port du voile, aux racines religieuses de l’Europe sont ainsi apparues progressivement dans le paysage français et par voie de conséquence sur la parole présidentielles et sur les ordres du jour de conseils des ministres. Sans parler de l’émancipation du corps épiscopal, interlocuteur passif dans les premières années de la République et qui, à compter des années 80 grâce à des hommes comme Monseigneur Lustiger, installe à nouveau l’Eglise dans la liste des interlocuteurs incontournables de l’Elysée. On y ajoutera la prise en compte par les présidents républicains d’électorats catholiques, juifs ou musulmans notamment en période pré-électorale.\ Sur le plan international, l’évolution de l’Eglise catholique post Vatican II, l’apparition d’un pape médiatique venu de l’Est, l’irruption du terrorisme, les guerres au Moyen-Orient, la permanence du conflit israélo-arabe pour ne citer que ces quelques exemples ont souvent contraint nos dirigeants à intégrer le fait religieux dans le cours de la diplomatie. Au fait religieux, les présidents ont répondu chacun de manière différente en fonction de leur personnalité, de leur éducation et du contexte politique. Sans cesse, qu’on le veuille ou non, l’intime interfère avec l’action publique. Dans ces deux films de 52 minutes nous revisiterons l’histoire de la Vème République à travers ce prisme de la relation au divin des présidents. Revendiquée, retenue ou inavouée. documentaire, France, révolution, Paris

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Les présidents et Dieu
13 Octobre
Mardi
00:00

Les présidents et Dieu

Partie 2

De la pilule contraceptive au mariage pour tous en passant par l’interruption volontaire de grossesse, la place de l’enseignement privé ou l’accompagnement de la fin de vie, nombreux sont les sujets dits de société qui ont fait se croiser le politique et le religieux. Jusqu’au plus haut niveau. Tous les présidents de la Vème République en ont fait l’expérience, parfois à leur détriment. Comme ils ont tous été confrontés à la recherche de cet équilibre subtil entre la laïcité républicaine dont ils étaient garants et la dimension spirituelle défendue par une portion non négligeable du pays qui les avait élus. Certains ont également dû composer sur des registres inédits et gérer au mieux l’irruption de phénomènes imprévisibles quelques années plus tôt. Les questions touchant à la montée du communautarisme, à l’accueil des immigrés, au port du voile, aux racines religieuses de l’Europe sont ainsi apparues progressivement dans le paysage français et par voie de conséquence sur la parole présidentielles et sur les ordres du jour de conseils des ministres. Sans parler de l’émancipation du corps épiscopal, interlocuteur passif dans les premières années de la République et qui, à compter des années 80 grâce à des hommes comme Monseigneur Lustiger, installe à nouveau l’Eglise dans la liste des interlocuteurs incontournables de l’Elysée. On y ajoutera la prise en compte par les présidents républicains d’électorats catholiques, juifs ou musulmans notamment en période pré-électorale.\ Sur le plan international, l’évolution de l’Eglise catholique post Vatican II, l’apparition d’un pape médiatique venu de l’Est, l’irruption du terrorisme, les guerres au Moyen-Orient, la permanence du conflit israélo-arabe pour ne citer que ces quelques exemples ont souvent contraint nos dirigeants à intégrer le fait religieux dans le cours de la diplomatie. Au fait religieux, les présidents ont répondu chacun de manière différente en fonction de leur personnalité, de leur éducation et du contexte politique. Sans cesse, qu’on le veuille ou non, l’intime interfère avec l’action publique. Dans ces deux films de 52 minutes nous revisiterons l’histoire de la Vème République à travers ce prisme de la relation au divin des présidents. Revendiquée, retenue ou inavouée. documentaire, France, révolution, Paris

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Les présidents et Dieu
14 Octobre
Mercredi
04:00

Les présidents et Dieu

Partie 2

De la pilule contraceptive au mariage pour tous en passant par l’interruption volontaire de grossesse, la place de l’enseignement privé ou l’accompagnement de la fin de vie, nombreux sont les sujets dits de société qui ont fait se croiser le politique et le religieux. Jusqu’au plus haut niveau. Tous les présidents de la Vème République en ont fait l’expérience, parfois à leur détriment. Comme ils ont tous été confrontés à la recherche de cet équilibre subtil entre la laïcité républicaine dont ils étaient garants et la dimension spirituelle défendue par une portion non négligeable du pays qui les avait élus. Certains ont également dû composer sur des registres inédits et gérer au mieux l’irruption de phénomènes imprévisibles quelques années plus tôt. Les questions touchant à la montée du communautarisme, à l’accueil des immigrés, au port du voile, aux racines religieuses de l’Europe sont ainsi apparues progressivement dans le paysage français et par voie de conséquence sur la parole présidentielles et sur les ordres du jour de conseils des ministres. Sans parler de l’émancipation du corps épiscopal, interlocuteur passif dans les premières années de la République et qui, à compter des années 80 grâce à des hommes comme Monseigneur Lustiger, installe à nouveau l’Eglise dans la liste des interlocuteurs incontournables de l’Elysée. On y ajoutera la prise en compte par les présidents républicains d’électorats catholiques, juifs ou musulmans notamment en période pré-électorale.\ Sur le plan international, l’évolution de l’Eglise catholique post Vatican II, l’apparition d’un pape médiatique venu de l’Est, l’irruption du terrorisme, les guerres au Moyen-Orient, la permanence du conflit israélo-arabe pour ne citer que ces quelques exemples ont souvent contraint nos dirigeants à intégrer le fait religieux dans le cours de la diplomatie. Au fait religieux, les présidents ont répondu chacun de manière différente en fonction de leur personnalité, de leur éducation et du contexte politique. Sans cesse, qu’on le veuille ou non, l’intime interfère avec l’action publique. Dans ces deux films de 52 minutes nous revisiterons l’histoire de la Vème République à travers ce prisme de la relation au divin des présidents. Revendiquée, retenue ou inavouée. documentaire, France, révolution, Paris

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission

Voir toutes les émissions