Thématiques
Émissions A-Z
T
A-Z
Retour à la liste des émissions

Faites entrer l'accusé

Rezala, le tueur des trains

Les grands classiques

Faites entrer l'accusé

Rezala, le tueur des trains

Synopsis

Sid Ahmed Rezala avait vingt ans et un sourire ravageur. Mais s'il a fait la Une des journaux, c'est qu'il était poursuivi par toutes les polices d'Europe pour le meurtre de trois femmes qu'il aurait tuées, en l'espace de quelques semaines, à la fin de l'année 1999. Trois meurtres pour lesquels il ne sera jamais jugé. En retraçant le parcours et la folle cavale de Rezala, Faites entrer l'accusé met en lumière une affaire émaillée de ratages policiers, qui a suscité polémiques et psychose médiatique.

Prochaine diffusion Vendredi 2 Mars à 01:30 | Durée: 00:02:00

Retour à la liste des émissions
Partager cette émission

Voir aussi

Faites entrer l'accusé
23 Février
Vendredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Pierre Dubois, meurtre au collège

Le 21 avril 1993, la principale du collège Pierre Brossolette, à Troyes, est retrouvée morte dans son bureau. Denise Descaves gît allongée sur le dos, étranglée avec le cordon de son téléphone, un coupe-papier planté dans l'abdomen. Les policiers fouillent les lieux. Dans une poubelle, ils retrouvent une copie déchirée d'un rapport accablant mettant en cause les manquements de son principal adjoint, Pierre Dubois. Interrogés, les proches de la victime confirment que Pierre Dubois était connu pour ses relations houleuses avec sa supérieure. Placé en garde à vue, Pierre Dubois avoue le meurtre, avant de se rétracter et d'être remis en liberté. Ses aveux ne concordent pas dans les détails avec les constatations des enquêteurs. Mais quatre ans plus tard, en avril 1997, à la suite de nouvelles expertises, Pierre Dubois est interpellé.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
24 Février
Samedi
02:00

Faites entrer l'accusé

Alfredo Stranieri, voleur de vies

Un quadruple meurtre et une tentative d'homicide, doublés d'escroqueries et de recels : le parcours d'Alfredo Stranieri est truffé d'arnaques en tout genre et d'un goût très sûr pour les changements d'identité. Rien ne le destinait, pourtant, à devenir un tueur en série, lui qui a accompli toute sa vie des coups en douce. Repéré par la justice, Alfredo Stranieri a été accusé d'avoir assassiné deux couples dont il a repris les affaires pour les gérer ensuite frauduleusement, et d'avoir tenté de tuer le propriétaire d'une Jaguar qu'il convoitait. En 2003, Alfredo Stranieri a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans. Retour sur une affaire qui, si elle a mis du temps à être dévoilée, a ensuite défrayé la chronique.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
27 Février
Mardi
02:00

Faites entrer l'accusé

La disparition du Pasteur Doucé

Jeudi 19 juillet 1990. Joseph Doucé, pasteur homosexuel des marginaux, des transsexuels, des sadomasochistes et aussi des pédophiles, - qu'il accueille au «Centre du Christ libérateur», un lieu de réconciliation pour les exclus du christianisme -, rentre chez lui, où il est attendu par son compagnon, Guy Bondar. Une heure plus tard, il est emmené par deux policiers. Il ne reviendra jamais. Treize jours après sa disparition, les journaux révèlent que Joseph Doucé était suivi par les Renseignements Généraux. Ils parlent de «réseaux pédophiles» et s'interrogent sur ceux qui auraient eu de bonnes raisons de vouloir le faire disparaître. On dit que Joseph Doucé aurait possédé un fichier de près de 10 000 noms. Des personnalités du monde politique et du show-business y auraient figuré.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
28 Février
Mercredi
02:00

Faites entrer l'accusé

L'affaire Alain Lamare, état de démence

C'est en 1978 que sévit celui qu'on surnomme «le tueur fou de l'Oise». Alain Lamare, gendarme modèle, se tranforme en dangereux criminel : vols de voitures, braquages, agressions, assassinats se succèdent. Policiers et gendarmes se mobilisent et se font la guerre pour l'arrêter. Alain Lamare, pendant ce temps, joue au chat et à la souris avec les enquêteurs. Il sème des indices évidents, comme s'il voulait se faire prendre. Lorsque cela arrive, il est jugé schizophrène, donc irresponsable. Les intervenants de l'époque, membres des forces de l'ordre, experts et avocats, témoignent de cette affaire qui a défrayé la chronique en son temps. Avec le concours, notamment, de Jean Pineau, capitaine de gendarmerie, Daniel Neveu, inspecteur de police, Georges Kiejman, avocat, et Yvan Stefanovitch, auteur d'«Un assassin au-dessus de tout soupçon».

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
1 Mars
Jeudi
02:00

Faites entrer l'accusé

Christian Ranucci, l'énigme du pull-over rouge

Le lundi 3 juin 1974, Marie-Dolorès Rambla, 8 ans, est enlevée près de chez elle, puis tuée. Un certain Christian Ranucci est interpellé et passe aux aveux après 19 heures de garde à vue. La disparition et le meurtre de l'enfant sont médiatisés à l'extrême. Alors que Ranucci est interrogé par la police, certains quotidiens annoncent d'emblée «l'arrestation du meurtrier». Et avant même son inculpation, son châtiment : la peine de mort. Le procès débute le 9 mars 1976 devant la cour d'assises d'Aix-en-Provence. Après deux jours de débats, Christian Ranucci est condamné à mort. Il est exécuté le 28 juillet 1976. En 1978, Gilles Perrault publie «Le Pull-over rouge», une minutieuse contre-enquête. Il parvient à faire naître le doute sur la culpabilité de l'accusé. Retour sur une affaire qui continue de faire couler beaucoup d'encre.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
3 Mars
Samedi
02:00

Faites entrer l'accusé

Pierre Goldman, l'assassinat

Pierre Goldman a été condamné pour meurtre, puis acquitté. Par la suite, le 20 septembre 1979, trois inconnus lui ont tiré dessus à bout portant, en plein Paris. Quelques jours plus tard, 15 000 personnes affluaient au Père-Lachaise. Parmi elles, ceux qui, avec lui, avaient rêvé de révolution durant les années 60 : Serge July, Régis Debray, Marc Kravetz, Alain Krivine, Bernard Kouchner, et bien d'autres personnalités. Né le 22 juin 1944, étudiant révolutionnaire à la Sorbonne, guérillero au Venezuela, écrivain en prison, Pierre Goldman avait, pour ceux qui l'ont connu ou simplement côtoyé, une personnalité hors du commun. Ses assassins n'ont jamais été retrouvés. Retour sur une affaire qui, en son temps, défraya la chronique.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
6 Mars
Mardi
02:00

Faites entrer l'accusé

Christian Vangeloven, criminel sexuel

Octobre 1991 : Ingrid et Muriel, 10 ans, disparaissent. Dans la région de Perpignan, c’est la mobilisation générale pour retrouver les fillettes. Le 1er novembre 1991, un homme est arrêté : Christian Van Geloven, 46 ans, cadre supérieur. Après des heures d’interrogatoire, il passe aux aveux. Van Geloven commence par ces mots : \"Je suis un monstre…\"

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
7 Mars
Mercredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Human Bomb, prise d'otages à la maternelle

Le 15 mai 1993, un peu avant 7h du matin, deux commandos de l’unité d’élite du RAID sont à l’école maternelle du Commandant Charcot, à Neuilly. Trois balles atteignent l’homme couché au sol, sa mort est instantanée. Sa “neutralisation” est l’épilogue d’une terrible prise d’otages qui a mobilisé les médias et angoissé la France entière.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
7 Mars
Mercredi
22:00

Faites entrer l'accusé

Antonio Ferrara, la grande évasion

Le 12 mars 2003, une série d'explosions réveille le quartier de la prison de Fresnes. Les miradors sont pris sous le feu d'un commando d'une douzaine d'hommes munis d'armes de guerre. Ils viennent délivrer un détenu, Antonio Ferrara, dit Nino, 30 ans, fiché au grand banditisme. Mais la cavale de Ferrara sera brève : il est arrêté quatre mois après sa spectaculaire évasion. Son procès, en 2008, est marqué par ses réparties, ses numéros de charme et une bagarre générale. Il est condamné à dix-sept ans de prison, réduits à douze en appel.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
9 Mars
Vendredi
01:30

Faites entrer l'accusé

Anne-Marie Le Couviour, la mort en héritage

Dans la nuit du 9 au 10 avril 2009. La Chesnaie, somptueuse propriété des vieux époux Le Couviour à Grand-Champ, dans le Morbihan, est cambriolée. Le couple est ligoté. Anne-Marie, surnommée «Annette», meurt, asphyxiée avec du sparadrap. Quant à Eugène, notable qui fait partie des plus grosses fortunes de la région, il parvient à défaire ses liens… L'affaire fait la une de la presse. Grâce à un coup de fil anonyme, les enquêteurs remontent la piste des belles-filles d'Anne-Marie. Parmi elles, Josiane, qui aurait commandité l'assassinat pour récupérer l'héritage du patriarche..

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
10 Mars
Samedi
01:29

Faites entrer l'accusé

Marc Machin, les meurtres du pont de Neuilly

Le 1er décembre 2001, Marie-Agnès Bedot, une mère de famille de 45 ans, est retrouvée assassinée de plusieurs coups de couteau sur le pont de Neuilly. Marc Machin, 19 ans, est suspecté du meurtre. Le jeune homme clame pourtant son innocence. A son procès, il est condamné à dix-huit ans de réclusion criminelle. Le 22 mai 2002, le corps de Maria-Judite Araujo est retrouvé sans vie sur le pont de Neuilly. Mais le lien entre les deux affaires, qui pourrait innocenter Marc Machin, est loin d'être évident pour le juge.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
14 Mars
Mercredi
22:00

Faites entrer l'accusé

François Légeret, Noël tragique à Vevey

Le 4 janvier 2006, Ruth Légeret et Marina Studer sont retrouvées mortes au sous-sol d'une villa de Vevey, en Suisse. Le drame remonte visiblement à plusieurs jours. Et si rien n'a été volé dans la maison, Marie-José, la fille de Ruth, semble avoir disparu. Retour sur une affaire complexe, en compagnie de proches des victimes et de policiers, qui a conduit à la condamnation à la réclusion à perpétuité du fils adoptif de Ruth Légeret.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
26 Mars
Lundi
00:30

Faites entrer l'accusé

Joseph Messina, mortelle jalousie

Dix-neuf ans après le double assassinat commis par le Savoyard Joseph Messina, la journaliste rouvre le dossier de ce crime passionnel commis le 10 septembre 1993 et qui a coûté la vie à Magali Ferrand et à son amant, Thierry, froidement abattus de plusieurs balles de colt 45. A l'époque, l'affaire avait bouleversé la population locale. Joseph Messina avait envoyé quatre-vingt pages manuscrites au procureur dans lesquelles il expliquait en détails les raisons de son geste et comment il avait abattu son ex-femme. Des témoins de l'enquête, voisins, policiers, avocats et des experts psychiatres évoquent la personnalité de mari violent et jaloux, obsédé par l'idée que sa femme le trompe avec d'autres hommes.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
31 Mars
Samedi
00:30

Faites entrer l'accusé

Le magot de Marcelle Bouvard

Le 16 avril 2006, dimanche de Pâques, des gendarmes se rendent chez Marcelle Bouvard, une vieille dame qui habite le petit village de Ladoix-Serrigny, en Bourgogne, pour lui rapporter son portefeuille. Trouvant porte close, la patrouille s’apprête à repartir lorsqu’elle remarque que le garage est entrouvert. A l’intérieur, la septuagénaire gît sur le sol. Sa tête est ensanglantée. L’autopsie révèle que la victime a été violemment frappée avec un objet contondant.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
24 Janvier
Mercredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Suzanne de Canson, l'héritière dépouillée

Suzanne Barou de la Lombardière de Canson, héritière du papier à dessin Canson, menait grand train, notamment grâce aux toiles de maîtres léguées par son père. Mais un jour, \"Le Gentilhomme sévillan,\" de Murillo, l'un des fleurons de sa collection, se retrouve au catalogue d'un marchand d'art puis est acheté par le Louvre. Alertée sa sœur découvre alors que la dépouille de Suzanne a été incinérée il y a plusieurs mois. L'enquête révèle que la vieille dame a été maltraitée par Joëlle Pesnel, une ex-Miss Toulon, qui voulait s'arroger son patrimoine.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
25 Janvier
Jeudi
02:00

Faites entrer l'accusé

Peter et Aurore, les amants diaboliques

Le samedi 29 août 1992, à Mons, un cabriolet plonge dans le canal. L'homme parvient à s'extraire de la voiture, mais sa femme meurt. Ursula Dechamps était étudiante en langues étrangères et Peter Uwe Schmitt caporal à la base militaire de l'Otan. Peter, déjà soupçonné de trafic de voitures, s'en sort et empoche l'assurance-vie contractée par sa femme. Trois ans plus tard, Marc Van Beers, 36 ans, meurt dans un accident de voiture auquel sa femme, Aurore Martin, survit. Son attitude étrange attire l'attention des enquêteurs. Quand on découvre que son amant n'est autre que Peter Uwe Schmitt, le couple est déjà loin. Il est pourtant arrêté en novembre 1997 aux Etats-Unis. Le 26 septembre 2001, Aurore Martin et Uwe Schmitt sont condamnés à 20 et 15 ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de Marc Van Beers.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
26 Janvier
Vendredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Jean-Michel Bissonnet, le mari, le vicomte et le jardinier

Le 11 mars 2008, Jean-Michel Bissonnet, un retraité, découvre le corps de son épouse dans leur luxueuse villa de Castelnau-le-Lez. Bernadette a été tuée de deux coups de fusil. Confondu, Meziane Belkacem, le jardinier du couple, avoue mais accuse le mari d'en être le commanditaire. Amaury d'Harcourt, un vieil ami du mari, joint ses accusations à celles du jardinier. Condamné en appel à vingt ans de réclusion, Jean-Michel Bissonnet clame toujours son innocence.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
27 Janvier
Samedi
02:00

Faites entrer l'accusé

Karine Torchi, les démons de la baby-sitter

Le 21 septembre 2011, le procès de Karine Torchi, accusée d'avoir défenestré la petite Samya, 27 mois, en 2009, s'ouvre devant la cour d'assises de l'Ain, à Bourg-en-Bresse. Le corps de la fillette avait été découvert au bas d'un immeuble à Belley. Le témoignage d'une voisine et celui de Brigitte, la sœur de Karine, remettent en question la thèse de l'accident domestique. Lors de l'instruction, d'autres témoignages révèlent des soupçons de maltraitance et de tentatives de meurtres sur d'autres enfants. Retour sur le parcours de celle que l'on a surnommé \"la tueuse d'enfants\".

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
30 Janvier
Mardi
01:59

Faites entrer l'accusé

Rodica Negroiu, l'empoisonneuse de Nancy

On a surnommé Rodica Negroiu «l'empoisonneuse». Aide-soignante d'origine roumaine, cette femme éveille les soupçons de la police lorsqu'un de ses patients est retrouvé mort, un hiver de 1990. On découvre que le vieil homme, fortuné, avait été empoisonné. D'autres disparitions dans l'entourage de Rodica Negroiu surgissent peu à peu : celle de son précédent mari, Gérard Helluy ; puis de son premier époux. Après sept ans d'instruction, le procès de l'aide-soignante s'ouvre en juin 1999 à Nancy. Elle est déchue de la nationalité française et condamnée à 20 ans de réclusion. Aujourd'hui, son fils milite pour son innocence et multiplie les demandes de révision.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
31 Janvier
Mercredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Xavier Philippe, associé de malheur

Le 17 mai 2005, la police découvre, dans un petit bois de Sucy-en-Brie, le cadavre d'un homme exécuté de trois balles. La victime, Christophe Belle, a manifestement été exécutée froidement et des traces de cocaïne sont retrouvées près du corps. Cette scène de crime semble être une mise en scène pour faire croire à un réglement de compte. Or, Christophe Belle était un pâtissier parisien réputé, sans histoire et un père de famille rangé. La police se tourne vers son associé, Xavier Philippe, un homme au passé obscur.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
1 Février
Jeudi
02:00

Faites entrer l'accusé

L'étrange disparition de Nadine Chabert

Quand Nadine Chabert, une mère de famille de 34 ans, disparaît à Istres, le 10 juin 2003, les soupçons convergent rapidement vers Patrick, son mari. Il hésite, se contredit dans ses déclarations et finit par être condamné à vingt ans de prison. Avec sa fille, sa belle-mère et ses avocats, Patrick Chabert entame un combat pour prouver son innocence. Le 7 décembre 2011, après 15 mois de détention, Patrick Chabert comparaît devant les assises du Var pour son procès en appel. Il connaît son dossier par cœur et sait qu'il est soutenu par sa fille. Les policiers et les amis de Nadine, dont le corps n'a jamais été retrouvé sont convaincus que son mari l'a tuée. Après sept heures de délibérés, Patrick Chabert est finalement acquitté.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
2 Février
Vendredi
02:00

Faites entrer l'accusé

La seringue du docteur Cosme

Le 28 février 1996, Evelyne Hieramente, l'ex-femme de Pascal Vito découvre son corps sans vie dans l'appartement de fonction du laboratoire d'analyses médiacles du Pont Neuf, à Nice, où Pascal Vito était l'associé du docteur Dominique Cosme. La victime était dans un état dépressif depuis plusieurs mois et les enquêteurs ont logiquement conclu à un suicide. Jusqu'à ce qu'ils découvrent que Dominique Cosme a injecté une forte dose de tranquillisants à son ami, quelques heures avant sa mort.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
3 Février
Samedi
02:00

Faites entrer l'accusé

Sur la piste de Salaün et Pallatin

Le 29 juillet 1995, à 8h30, un agent du P.C. de sécurité du Crédit Agricole du Rhône alerte le commissariat de Thonon-les-Bains : un braquage est en cours dans une agence de la ville. Les truands ont pris des clients en otages. Arrivés sur place, les policiers sont «accueillis» par les tirs nourris des malfaiteurs qui chargent à l'arme automatique avant de prendre la fuite. La piste s'oriente vers un certain «Jésus», de son vrai nom René Salaün, voyou à l’ancienne qui a fait plusieurs séjours en prison et pour qui le casse est un métier. La traque commence…

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
6 Février
Mardi
02:00

Faites entrer l'accusé

Patrick Littorie, les crimes de la mangrove

Le 22 décembre 2004, en Martinique, les corps sans vie de Karim Merlot et de sa compagne Martine Desmarthon ont été découverts flottant entre les racines des palétuviers. Amoureux des Antilles, de leur soleil et de leurs habitants, les deux jeunes métropolitains s'étaient installés un an plus tôt dans la baie du Robert, où ils vivaient à bord d'un voilier. Une rumeur incrimine un certain Patrick Littorie, un Martiniquais de 34 ans qui n'a pas bonne réputation. Celui-ci met en cause Jean-Luc Grandu, son colocataire. Plusieurs coups de théâtre aboutissent d'abord à l'acquittement, puis à la condamnation de Littorie à 19 ans de réclusion criminelle. Mais Le double meurtre de la mangrove n'a peut-être pas encore révélé tous ses secrets.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
7 Février
Mercredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Les mensonges de Denize Soares

En octobre 2012, Denize Soares, une Brésilienne de 43 ans, est jugée par la cour d'assises de l'Isère pour l'assassinat de Sébastien Brun, son compagnon de 2000 à 2004. Les restes du jeune fleuriste grenoblois empoisonné au cyanure avaient été retrouvés en 2008 dans une carrière de sable à proximité de Cabucu, le village où a grandi Denize Soares. En compagnie de témoins, des parents de la victime et d'experts, don’t le journaliste Dominique Rizet, Frédérique Lantieri revient sur les détails de l'affaire.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
8 Février
Jeudi
02:00

Faites entrer l'accusé

Charles Missenard, un crime sous perfusion

Le 21 juillet 1999, au Luxembourg, Charles Missenard accompagne sa femme, Beatriz Vidaror, aux urgences de la clinique d'Eich, dont il dirige le laboratoire d'analyses. Les jours passent, mais la fièvre ne baisse pas. L'antibiotique ne vient pas à bout du staphylocoque dont la patiente est infectée. Beatriz Vidaror meurt finalement sur son lit d'hôpital. L'expertise toxologique ordonnée par le procureur démontre que la victime a en réalité été empoisonnée au cyanure. Charles Missenard, qui nie farouchement l'assassinat de sa femme, est écroué le 10 août 1999.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
9 Février
Vendredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Nadir Sedrati, le dépeceur du canal

Escroc notoire, usurpateur hors pair, Nadir Sedrati est aussi un tueur machiavélique. En 1999, il a tué et dépecé ses anciens codétenus, puis jeté leurs morceaux dans un canal près de Nancy. Une enquête moderne, s'appuyant sur le travail de la police scientifique, a permis de démasquer celui que la presse avait surnommé «le dépeceur du canal». Ce document revient sur son parcours, avec les interventions du commissaire Claude Godfrin, des commandants Gérard Werguet et Jérôme Finance, de Gérard Welzer et Alexandre Bouthier, avocats de Nadir Sedrati, de François Robinet, avocat de la famille de Gérard Steil, du docteur Patrick Peton, médecin légiste, du docteur Pascal Kintz, toxicologue, de Jean-Jacques Delemarle, restaurateur de la main, et de Francis Boquel, psychiatre.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
10 Février
Samedi
02:00

Faites entrer l'accusé

Magali Guillemot, la mort du petit Lubin

Un documentaire français réalisé par Florent Chevolleau, Bernard Faroux en 2003. Né en octobre 1994, Lubin Duchemin vécut tout juste huit semaines, mais ces huit semaines furent pour lui un véritable calvaire. Le bébé fut en effet sévèrement maltraité et ne survécut pas aux nombreux traumatismes qui lui furent infligés. Les responsables désignés ne sont autres que ses propres parents, Magali Guillemot et Jérôme Duchemin. Lors d'un premier procès, en décembre 2000 à Nanterre, la justice innocente pourtant le père, pour rejeter l'entière culpabilité sur la mère, condamnée à dix ans de réclusion. Magali Guillemot a toujours nié être à l'origine de la mort de son fils et le déroulement des faits demeure opaque. Retour sur une affaire sordide qui fit couler beaucoup d'encre.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
13 Février
Mardi
02:00

Faites entrer l'accusé

Elisabeth Cons-Boutboul, secret de famille

Tout débute comme un conte de fées lorsque Jacques Perrot, avocat en vue et meilleur ami de Laurent Fabius, épouse Darie Boutboul, alors la reine des champs de course. Mais le mariage se délite rapidement et Perrot demande le divorce. Sachant que la garde de son enfant sera difficile à obtenir, l'avocat entame une enquête sur la famille de sa femme. Il apprend que son beau-père prétendument mort est toujours vivant et que sa belle-mère, Marie-Elisabeth Cons-Boutboul, a été radiée du barreau pour une affaire d'escroquerie. C'est alors que Jacques Perrot est retrouvé assassiné de trois balles dans la tête. Marie-Elisabeth Cons-Boutboul devient dès lors la principale suspecte d'une affaire trouble.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
14 Février
Mercredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Richard Roman, le procès d'un innocent

Juillet 1988, à la Motte du Caire. Le corps de la petite Céline Jourdan, âgée de sept ans est retrouvé dissimulé près d'un torrent. La petite a été violée puis assassinée. Les deux suspects, Richard Roman, dit «l'Indien» et Didier Gentil, dit «le Tatoué», passent rapidement aux aveux. La presse s'empare de l'affaire et dénonce «les monstres». Devant la barbarie du crime, certains demandent le rétablissement de la peine de mort. Pourtant, dix-huit heures après ses aveux, Richard Roman s'est rétracté. Trop tard. Plus personne ne veut croire en son innocence.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
15 Février
Jeudi
02:00

Faites entrer l'accusé

Les postiches

Dans les années 80, le gang des Postiches dévalise des dizaines de banques en toute impunité. La presse leur donne une image de \"Robins des bois modernes\" et leurs déguisements loufoques amusent le public. Le tout nouveau gouvernement de gauche est soupçonné de bienveillance. Les assurances en ont assez de rembourser les préjudices. Les fabricants de coffres-forts ne trouvent pas de parade… Gaston Deferre, ministre de l’intérieur, prend l’affaire en main. Le 14 mars 84, un \"conseil de guerre\" se tient place Beauvau. Une réunion entre les plus hauts responsables de la police et des banques, pour esquisser une riposte. Au même moment, les Postiches \"cassent des coffres\" à quelques mètres de là… La police met en place une parade anti- Postiches, qui consiste à équiper toutes les banques de systèmes d'alarmes sismiques directement reliées à la PJ… A la moindre alerte, les policiers se rendent sur place… Mais à chaque fois, ils tombent sur de \"faux Postiches\". Les imitateurs prolifèrent et brouillent les pistes… Les vrais postiches, eux, prennent des vacances et profitent de la vie : hôtels de luxe en Thaïlande, Maroc, Asie … Les gangsters narguent la police. Mais le 14 janvier 1986, dans une banque de la rue du Docteur Blanche, dans le 16e, c’est le coup de trop ! L’alarme sismique de la salle des coffres se déclenche. Soixante policiers attendent à la sortie… Le braquage tourne au bain de sang. Bilan : 2 morts. Un policier et un truand. Trois autres policiers sont blessés et un braqueur est capturé : Robert Marguery. Leurs trois complices sont en fuite. La presse parle de bavure et les inspecteurs digèrent mal cet échec. Au quai des Orfèvres, la révolte gronde… La Brigade Criminelle reprend l'enquête. Robert Marguery, arrêté rue Blanche, n’est pas inconnu de la Crim’. En épluchant son CV et en recoupant les indices qu’il a laissé derrière lui, les policiers remontent la filière, jusqu’à un pavillon à Hyères… Le 13 décembre 1986, au petit matin, les hommes du RAID font sauter la porte du pavillon et inondent la maison d’un gaz puissant. L’opération est un succès. La police a enfin mis la main sur les gangsters…

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
16 Février
Vendredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Marcel Lechien le maître d'école

Pendant treize ans, Marcel Lechien a été instituteur dans le village de Cormeilles, en Normandie. Un maître d'école sévère et respecté, connu de tous. Mais en 2001, deux de ses anciennes élèves portent plainte contre lui : l'une déclare avoir été victime d'attouchements, l'autre de viol, à l'époque où elles étaient au cours préparatoire. Elles avaient 6 ans. Les vannes sont ouvertes : en quelques semaines, 38 anciens élèves se succèdent à la gendarmerie. Bientôt, on découvre qu'en 1996, déjà, des enfants avaient parlé à leurs parents des gestes déplacés de Marcel Lechien. Retour sur une sombre affaire.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
17 Février
Samedi
02:00

Faites entrer l'accusé

Arnaud Thomas-Chevallier, le meurtre de Maître Flauder

Une nuit de février 1980, le corps de Jean Flauder, notaire, est retrouvé sur le bas-côté d'une route de Meurthe-et-Moselle. Il a été tué de plusieurs balles. Malgré une analyse rigoureuse des dossiers «chauds» de maître Flauder, l'enquête n'aboutira pas. Neuf ans plus tard, Arnaud Thomas-Chevallier, notaire concurrent, confie avoir tué Jean Flauder. Arnaud Thomas-Chevallier est l'archétype du notable de province au-dessus de tout soupçon : notaire, fils d'un bâtonnier, neveu d'un professeur de droit et mari d'un procureur de la République. Il a été condamné lourdement, mais est-il vraiment coupable ? Aujourd'hui, il est libre et espère obtenir la révision de son procès. Arnaud Thomas-Chevallier revient sur l'affaire et expose les éléments qui, selon lui, l'innocentent ainsi que les zones d'ombre de ce dossier.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
20 Février
Mardi
02:00

Faites entrer l'accusé

Poker macabre à Corte

Patron de boîte de nuit à Corte, en Haute-Corse, Joseph Vincensini tient également un bar, «L'Oasis», où il organise des parties de poker. Quand le lundi 24 janvier 2005, au lendemain d'une partie, il ne donne pas signe de vie, l'inquiétude gagne son entourage. Son frère, Jean, décide de lui rendre visite, pour vérifier que tout va bien. Mais arrivé chez lui, il trouve la porte grande ouverte et de nombreuses traces de sang partout dans la maison. Lorsque les gendarmes arrivent à leur tour, ils s'aperçoivent que le coffre de la victime a été vidé. Il manque aussi une couverture, qui aurait pu servir à transporter un corps. A Corte, la rumeur va vite. Pour expliquer la disparition de celui que tout le monde connaissait sous le surnom de Jojo, il est question de dettes, de liens avec la mafia ou encore de ses relations avec les femmes.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
21 Février
Mercredi
02:00

Faites entrer l'accusé

Le gang des souris vertes

Entre 2003 et 2006, cette bande de malfaiteurs a attaqué des banques et des convoyeurs de fonds dans les régions Rhône-Alpes et Poitou-Charentes. Laurent Cocogne et Serge Quemin, deux beaux-frères, et leurs complices ont mis au point une recette astucieuse pour éviter que les billets soient maculés d'encre, ce qui leur a valu le surnom de \"souris vertes\". Acrobates, intelligents et non-violents, ces braqueurs sont arrêtés le 30 mars 2006 après une course poursuite avec les gendarmes dans les environs de Lyon. En janvier 2010, leur procès se tient devant la cour d'assises de Lyon.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Faites entrer l'accusé
22 Février
Jeudi
02:00

Faites entrer l'accusé

Thierry Paulin, le tueur de vieilles dames

Thierry Paulin est l'auteur présumé des meurtres de 21 femmes âgées, à Paris, dans les années 80. Entre octobre et novembre 1984, huit femmes âgées du 18e arrondissement sont agressées et assassinées. Leurs maigres économies sont volées. Le seul mobile semble être l'argent. Entre décembre 1985 et juin 1986, onze autres femmes sont à leur tour retrouvées mortes chez elles. 1987 : la série noire reprend, avec trois nouveaux meurtres de vieilles dames et plusieurs agressions. Mais cette fois-ci, il y a des survivantes. L'une d'entre elles donne aux policiers le signalement de son agresseur. C'est grâce à ce portrait-robot qu'un commissaire de police arrête, par hasard, l'homme que toutes les polices traquent depuis trois ans. Incarcéré à Fleury-Mérogis, Thierry Paulin ne sera jamais jugé. Atteint du sida, il est mort en prison en 1989.

Consulter la fiche Consulter la fiche de l'émission
Afficher +

Voir toutes les émissions